France

21 novembre 2017 10:44; Act: 21.11.2017 10:47 Print

Projet d'éoliennes sur un site de 14-​​18 abandonné

Un groupe énergétique français a renoncé à un parc éolien sur un champ de bataille de la Première Guerre mondiale où des milliers d'Australiens ont péri.

storybild

Le champ de bataille de Bullecourt restera intact.

Sur ce sujet
Une faute?

Se disant «sensible à l'émotion suscitée en Australie» et «respectueux de la mémoire des soldats australiens qui ont fait le sacrifice de leur vie sur le sol français pendant la Première Guerre mondiale, le groupe Engie a pris la décision d'annuler le projet», écrit le groupe dans un communiqué en anglais reçu par l'AFP en Australie.

Ce projet du groupe Engie Green d'implanter six éoliennes sur le champ de bataille de Bullecourt (Pas-de-Calais, nord de la France) avait suscité une vive émotion en Australie. C'est dans ce secteur que plusieurs divisions britanniques et australiennes avaient tenté en avril et mai 1917 de briser la ligne allemande Hindenburg, entre Arras et Soissons. Environ 10 000 soldats australiens y avaient été tués ou blessés, mais aussi 7 000 Britanniques et 10 000 Allemands.

Le gouvernement australien avait demandé des «clarifications» à la France au sujet de ce projet dont la mise en service était prévu au mieux en 2020. Le gouvernement français, par la voix de la secrétaire d'État auprès du ministre des Armées, Geneviève Darrieusecq, avait promis le 10 novembre de «trouver une issue» qui respecte la mémoire des soldats lors d'un entretien avec le ministre australien des anciens combattants, Dan Tehan.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • george le 21.11.2017 12:50 Report dénoncer ce commentaire

    RESPET ! merci

  • Papy le 21.11.2017 13:11 Report dénoncer ce commentaire

    Donc ce sont des australiens, qui n'ont d'ailleurs jamais mis un pied en France, qui décident de sa politique énergétique? C'est il y a 100 ans déjà. Ensuite plutôt que de glorifier la guerre, ses morts, et de vivre dans le passé, s'occuper du futur et de notre planète serait peut-être utile? Et recevoir des leçons quand dans un pays on met en "réserve" les natifs indigènes du dit pays, cela me choque. Mais je dois me faire vieux...

  • vilecoyote le 21.11.2017 11:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En quoi la présence d'éoliennes "salirait" elle la mémoire de ces soldats ? Des morts il y en eu partout, y compris dans les villes.

Les derniers commentaires

  • Papy le 21.11.2017 13:11 Report dénoncer ce commentaire

    Donc ce sont des australiens, qui n'ont d'ailleurs jamais mis un pied en France, qui décident de sa politique énergétique? C'est il y a 100 ans déjà. Ensuite plutôt que de glorifier la guerre, ses morts, et de vivre dans le passé, s'occuper du futur et de notre planète serait peut-être utile? Et recevoir des leçons quand dans un pays on met en "réserve" les natifs indigènes du dit pays, cela me choque. Mais je dois me faire vieux...

    • @Papy le 21.11.2017 16:34 Report dénoncer ce commentaire

      Cà ne me gène pas du tout qu'une nation respecte ses lieux de mémoire quels qu'ils soient et où qu'ils soient...au contraire.D'après vous,pourquoi ne pas installer d'éoliennes dans les jardins du château de Versailles ou à Chambord... puisque"tout çà" n'est que le passé?

  • george le 21.11.2017 12:50 Report dénoncer ce commentaire

    RESPET ! merci

  • vilecoyote le 21.11.2017 11:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En quoi la présence d'éoliennes "salirait" elle la mémoire de ces soldats ? Des morts il y en eu partout, y compris dans les villes.

    • Troiseff le 21.11.2017 12:17 Report dénoncer ce commentaire

      Bien sur, de la à planter des éoliennes dans un cimetière...

    • Avenir le 21.11.2017 13:17 Report dénoncer ce commentaire

      J'ai vraiment du mal à comprendre les opposants aux éoliennes alors que c'est juste une manière de produire de l'énergie propre. Je ne serais pas choqué de mettre une éolienne au milieu d'un cimetière (si celui-ci n'est pas situé au milieu d'une zone habitée) !