Rapport d'experts

01 juin 2018 10:27; Act: 01.06.2018 10:45 Print

Rien ne prouve que Nordahl a violé Maëlys

Les spécialistes qui ont analysé le squelette de la petite Maëlys ont rendu leurs conclusions. Rien n'indique que la fillette a été violée.

Sur ce sujet

Après trois mois de travail sur le squelette de la petite Maëlys, les médecins légistes et les anthropologues ont rendu leur rapport. Et selon RTL, rien ne prouve que Nordahl L. a violé la fillette de 9 ans. À défaut de conforter formellement la version avancée par le meurtrier présumé, les constatations des experts ne la contredisent pas.

Les spécialistes ont constaté une fracture de la mâchoire de Maëlys ante-mortem, qui aurait été provoquée par un ou plusieurs coups violents. Ces coups sont certainement à l'origine de la mort de l'enfant. Lors de ses aveux partiels, Nordahl L. avait raconté avoir giflé la fillette du revers de la main parce qu'elle s'était mise à paniquer et à hurler dans sa voiture. La victime se serait alors évanouie avant de succomber.

Pas de trace de sperme

Aucune autre lésion, fissure ou fracture n'a été décelée, malgré un examen très minutieux des ossements et du crâne. Analysés fibre par fibre, les vêtements de la fillette ne recelaient aucune trace d'ADN ou de sperme de l'ex-militaire. Celui-ci a d'ailleurs toujours nié avoir violé Maëlys.

Les trois experts psychiatres qui ont examiné le suspect ont par ailleurs estimé qu'aucune pulsion sexuelle n'était à l'origine du drame. Selon eux, c'est la double personnalité, l'extrême impulsivité et le profil manipulateur du trentenaire qui expliqueraient son passage à l'acte. Nordahl L. assure qu'avant Arthur Noyer et Maëlys, il n'a tué personne d'autre.

Les obsèques de la petite auront lieu ce samedi 2 juin, à La Tour-du-Pin (Isère). La cérémonie sera publique mais l'inhumation se déroulera dans l'intimité.

(L'essentiel/joc)