En France

25 mai 2019 10:47; Act: 25.05.2019 17:29 Print

La photo de Nordhal qui relance une affaire

Un cliché de Nordhal Lelandais, pris dans une boîte de nuit en 2012, a refait surface. C'est dans ce club que Thomas Rauschkolb a été vu vivant pour la dernière fois.

storybild

La photo a été prise en août 2012 au Studio 54, un club qui se trouve en Savoie

Sur ce sujet
Une faute?

Mis en examen pour les meurtres de Maëlys et d'Arthur Noyer, Nordahl Lelandais pourrait également être impliqué dans une multitude d'autres affaires jamais élucidées. C'est notamment le cas pour Thomas Rauschkolb, un jeune homme de 18 ans retrouvé mort le 28 décembre 2015. En mars dernier, le père du défunt a reçu un élément troublant, qui laisse penser que son fils a pu croiser la route de Lelandais. le soir du 27 décembre. Les gendarmes explorent cette hypothèse, mais la prudence est de mise, explique «Le Parisien».

Cet élément troublant, c'est une photo prise en août 2012 au Studio 54, un club qui se trouve en Savoie. L'image, publiée par une serveuse sur le groupe Facebook de l'établissement, montre Nordahl Lelandais posant avec une jeune femme. Or c'est précisément dans cette discothèque que Thomas Rauschkolb a été vu pour la dernière fois vivant, deux ans et demi plus tard. Le 27 décembre, le jeune homme avait en effet passé la soirée dans ce club situé à une trentaine de kilomètres de Domessin, le domicile familial de Nordahl Lelandais. Le lendemain, son corps était retrouvé dans une rivière, dans les environs de l'établissement. Les enquêteurs avaient alors conclu à un accident d'ivresse.

« «Ça fait trop de coïncidences dans cette histoire» »

Les gendarmes de la section de recherches n'ont, toutefois, jamais abandonné le dossier. Celui-ci fait d'ailleurs partie des 40 affaires non élucidées retenues par la cellule d'enquête spéciale Ariane, qui a analysé plus de 900 décès ou disparitions potentiellement reliées à l'ex-militaire. Et ce fameux cliché pourrait apporter de l'eau au moulin des investigateurs. «Mais attention, cette photo ne prouve pas à ce stade que (Nordahl Lelandais.) est lié à la mort de Thomas Rauschkolb. Juste qu'il a fréquenté la même discothèque», tempère une source proche du dossier.

Le père de la victime, lui, voit les choses autrement: «Rien ne dit que Nordahl Lelandais n'y était pas aussi le jour de sa mort. Ça fait trop de coïncidences dans cette histoire», estime Francis Rauschkolb, qui n'a jamais cru à un accident. Le Français rappelle qu'en quittant la boîte de nuit le soir du 27 décembre, son fils avait emprunté un chemin inhabituel. Il semble même qu'il ait voulu enjamber une barrière, perdant une chaussure en route. «Il voulait échapper à quelqu'un», pense le père de Thomas. La ceinture de la victime avait été retrouvée sur un grillage, à quelques dizaines de mètres du corps du jeune homme. «Il a dû vouloir se défendre avec. C'est ma conviction depuis longtemps», ajoute Francis Rauschkolb.

Persuadé depuis le début que son fils n'est pas mort accidentellement, le père de Thomas avait refusé de le faire incinérer afin de ne pas exclure une autopsie. L'avocat de la famille du jeune homme pourrait d'ailleurs demander aux autorités d'exhumer son cadavre dans les prochaines semaines.

(L'essentiel/joc)