Gastronomie à Lyon

24 octobre 2020 13:17; Act: 24.10.2020 14:11 Print

Saucisson et bon vin pour digérer le couvre-​​feu

Privés de clients le soir par le couvre-feu, les Bouchons lyonnais renouent avec la tradition du «mâchon», un repas de cochonnailles bien arrosé à déguster le matin.

storybild

La coutume du mâchon vient des canuts, ces tisserands de soie de la Croix-Rousse, sur les hauteurs de Lyon, qui partageaient ces repas dès l'aube, après des heures de labeur. (photo: AFP/Philippe Desmazes)

Sur ce sujet
Une faute?

Au «Poêlon d'Or», au coeur de Lyon, l'ambiance est très joyeuse en cette matinée pluvieuse. Sur la table de ce bouchon plus vrai que nature, de bonnes bouteilles côtoient des plats de saucisson poché au vin rouge, de savoureuses bouchées d'andouillette et purée ou de la cervelle des canuts (un fromage frais aux herbes), dévorés avec appétit par les convives de ce «brunch» version lyonnaise...

«Même si on a le sourire, la situation est compliquée. On s'adapte aux horaires qu'on nous impose. On essaye, notamment avec le mâchon, de trouver des solutions et de garder le moral», explique son patron Yann Lalle. «Le restaurant, c'est le dernier espace de liberté et de convivialité par les temps qui courent. On ne peut plus voyager, sortir...».

«Ça fait chaud au coeur d'être là»

Carrelage à damier noir et blanc, parquet, boiseries, déco cuivrée et miroirs anciens, ici, tout respire la tradition, si ce n'est les parois de plexiglas «spécial Covid» installées entre chaque table. «Ça fait chaud au coeur d'être là. Ce type de rendez-vous peut avoir du succès», renchérit Benoît Josserand, patron d'un autre bouchon, «Le Café du Jura», et président de l'association Les Bouchons lyonnais, à l'origine de ce «revival» du mâchon pour tenter en fin de semaine de contrer (un peu) l'absence de dîners.

Ils sont une dizaine de restaurateurs de l’association à remettre au goût du jour cette tradition lyonnaise, à des horaires inhabituels d'accueil des clients, pour réinsuffler de la convivialité malgré la crise sanitaire et la situation économique si difficile pour eux. Certains perpétuaient déjà cette institution gastronomique, comme M. Lalle, avant le Covid, M. Josserand, sur commande, ou le bouchon «Les 4G».

«On nous sacrifie le soir»

«Il est 10H40, parfait. Ça permet d’oublier un peu le contexte du Covid, de passer un bon moment, boire un coup, manger... C’est en décalage par rapport à d’habitude, mais ça passe très bien !», s'exclame Benoît Quiblier, producteur de tripes et partenaire de l'association, en levant son verre.

Oubliant quelques instants sa jovialité naturelle, Yann Lalle déplore les restrictions imposées par la crise sanitaire. «On commençait tout juste à redresser la barre et là, patatras, le couvre-feu. La douche froide !» «On nous sacrifie le soir. Pour les restaurateurs, c'est la prestation la plus intéressante en termes de marge et de profit», relève-t-il. «Mais, bon, on s'adapte aux horaires qu'on nous octroie». Pour l'instant, il propose le mâchon les vendredis et samedis matin. Pour 25 euros. «C'est un gros petit-déjeuner ou ça remplace le déjeuner. À six par table et vingt couverts maximum», détaille le patron.

Pour M. Lalle et ses confrères, «la première vague a été dure à surmonter, la deuxième, ça risque d'être catastrophique». Pourtant, remarque-t-il, aucun cluster n'a jamais été détecté dans un restaurant. «Nous respectons strictement les gestes barrières». La coutume du mâchon vient des canuts, ces tisserands de soie de la Croix-Rousse, sur les hauteurs de Lyon, qui partageaient ces repas dès l'aube, après des heures de labeur.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ex-Amoureux du GDL, maintenant en URSS/R le 24.10.2020 17:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Excellente idée, bravo aux restaurateurs lyonnais de raviver belle tradition locale ... mais svp les clients, ne pas abuser sur le vin trop tôt le matin ... je dis ça habitant dans un pays ravagé par l'alcoolisme de la vodka ...

Les derniers commentaires

  • Ex-Amoureux du GDL, maintenant en URSS/R le 24.10.2020 17:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Excellente idée, bravo aux restaurateurs lyonnais de raviver belle tradition locale ... mais svp les clients, ne pas abuser sur le vin trop tôt le matin ... je dis ça habitant dans un pays ravagé par l'alcoolisme de la vodka ...