En France

06 mai 2019 13:43; Act: 06.05.2019 14:50 Print

Six pompiers en justice pour viols à la caserne

Des soldats du feu parisiens sont dans le collimateur de la justice, pour le viol présumé d'une étudiante norvégienne de 20 ans.

storybild

Huit pompiers parisiens avaient été placés en garde à vue, après la plainte d'une étudiante norvégienne de 20 ans, qui dénonçait des faits de viol. (photo: AFP/Loic Venance)

Sur ce sujet
Une faute?

Six sapeurs-pompiers de Paris en garde à vue, depuis samedi, dans le cadre d'une enquête pour «viols en réunion», vont être présentés dans la journée à un juge d'instruction, en vue de leur mise en examen, a annoncé lundi le parquet.

Au total, huit soldats du feu avaient été placés en garde à vue, samedi, après la plainte d'une étudiante norvégienne de 20 ans, qui dénonçait des faits de viol en réunion survenus dans la nuit de vendredi à samedi, selon une source proche du dossier, confirmant les informations du Parisien, qui a révélé l'affaire ce week-end.

Information judiciaire ouverte

À l'issue de 48 heures de garde à vue dans les locaux du 3e district de police judiciaire, six d'entre eux âgés de 23 à 35 ans ont été présentés lundi matin, à la section des affaires militaires du parquet de Paris.

Ils doivent désormais comparaître dans la journée devant un juge d'instruction, «dans le cadre d'une information judiciaire qui sera ouverte des chefs de viols en réunion et non-empêchement de crime», a indiqué le parquet.

«Non-empêchement de crime»

Selon deux sources proches de l'enquête, tous ne sont pas impliqués dans les faits de viol, certains d'entre eux étant soupçonnés de «non-empêchement de crime».

Dans la nuit de vendredi à samedi, un des pompiers s'était rendu vers 4h du matin à la caserne Plaisance, dans le 14e arrondissement de la capitale, accompagné de cette étudiante norvégienne rencontrée lors d'une soirée arrosée dans un bar, a expliqué la source proche du dossier, précisant qu'il ne faisait pas partie des hommes présentés lundi à la justice.

Devant les enquêteurs, la jeune femme «a décrit une relation consentie avec ce pompier et ensuite des relations imposées par d'autres», a-t-on ajouté de même source. L'étudiante s'est alors enfermée dans les toilettes avant de quitter les lieux. Elle a été retrouvée, en état de choc, par une de ses amies au petit matin.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • la petite goutte le 06.05.2019 14:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    France info a annoncé à 8h30 qu'ils étaient mis hors de cause.

  • Fredo le 06.05.2019 16:36 Report dénoncer ce commentaire

    Trop facile de porter plainte sans aucune preuve. Peut être justement parce que les pompiers n'ont pas voulu d'elle alors une vengeance.

Les derniers commentaires

  • Fredo le 06.05.2019 16:36 Report dénoncer ce commentaire

    Trop facile de porter plainte sans aucune preuve. Peut être justement parce que les pompiers n'ont pas voulu d'elle alors une vengeance.

  • la petite goutte le 06.05.2019 14:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    France info a annoncé à 8h30 qu'ils étaient mis hors de cause.