Dans les transports

28 novembre 2021 09:38; Act: 28.11.2021 12:25 Print

Sortir du silence face au harcèlement sexuel

Face au harcèlement et aux violences sexuelles dans les transports, associations et opérateurs veulent inciter victimes et témoins à sortir du silence.

storybild

En France, 87% des femmes en France ont déjà subi du harcèlement dans les transports. (photo: Pexels)

Sur ce sujet
Une faute?

Des propos grossiers ou insistants, une main aux fesses... et des voyageurs souvent passifs. Face au harcèlement et aux violences sexuelles dans les transports, associations et opérateurs veulent inciter victimes et témoins à sortir du silence, pour que des femmes ne soient plus amenées à limiter leurs déplacements par peur d'une mauvaise rencontre.

À 40 ans, Amélie, qui vit à Paris, a déjà subi plusieurs incidents désagréables dans le train ou le métro. «La première fois, j'étais jeune, j'ai simplement repoussé (l'agresseur). Mais la deuxième, j'avais appris à parler haut et fort. J'ai dit au type de retirer sa main. Il est parti penaud», se rappelle la quadragénaire.

Selon un questionnaire diffusé en 2016, par la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT), qui a recueilli 6 200 réponses, 87% des femmes en France ont déjà subi du harcèlement dans les transports et 89% des victimes racontent que les témoins de la scène n'ont rien fait pour les aider.

«Même des filles de 12 ans voient de quoi on parle»

Pour toutes les femmes, le phénomène est «extrêmement banalisé», déplore Louise Delavier, de l'association féministe «En avant toute(s)». «Quand on intervient dans les écoles, même des filles de 12 ans voient exactement de quoi on parle», raconte la militante.

Déjà courant dans la rue, le harcèlement est encore plus anxiogène dans les transports, «car entre deux stations, vous ne pouvez pas partir». Face au danger, beaucoup de femmes ont développé des «stratégies» préventives, explique Mme Delavier: «éviter les talons pour pouvoir courir, prendre une deuxième tenue dans son sac pour ne pas avoir l'air trop "apprêtée" dans les transports, faire semblant de téléphoner...»

En cas d'agression, la plupart des autres voyageurs restent le plus souvent passifs. «C'est ce qu'on appelle la dilution de la responsabilité: on se dit toujours que le voisin va intervenir et au final personne ne fait rien», explique Mme Delavier.

Renoncer aux soirées

Un témoin peut pourtant, sans se mettre en danger, aider la personne agressée en faisant semblant de la connaître, en filmant la scène avec son smartphone ou en appelant à l'aide le conducteur, comme l'explique «En avant toute(s)» dans des formations baptisées «Stand up!», accessibles également via des vidéos en ligne.

Des campagnes de communication sont régulièrement menées, jusque dans les rames, pour sensibiliser les voyageurs et inciter les éventuelles victimes à signaler immédiatement les faits. Chaque station du réseau est équipée de bornes d'appel d'urgence et 6 500 agents sont formés pour prendre en charge les victimes, énumère Sandrine Charnoz, en charge du dossier.

«Nous proposons aux femmes de leur appeler un taxi pour les ramener chez elles, nous les incitons à déposer plainte et nous les recontactons dans les jours qui suivent pour prendre de leurs nouvelles», énumère la responsable.

Le risque n'est pas plus élevé le soir

La régie organise également, à intervalles réguliers, des «marches exploratoires»: des usagers volontaires arpentent les stations du métro ou les itinéraires de correspondance pour observer chaque détail des aménagements et proposer d'ajouter ici un éclairage ou là un miroir qui donnera plus de visibilité dans un couloir en courbe. Autant de modifications qui pourront contribuer à diminuer le sentiment d'insécurité.

Attention toutefois aux idées reçues: le risque d'agression n'est pas plus élevé tard le soir, dans une rame quasi vide, mais plutôt à l'heure de pointe, lorsque les prédateurs se frottent contre leurs victimes dans des voitures ou autobus bondés. La plupart sont des récidivistes, d'où l'importance de porter plainte: grâce aux images de vidéosurveillance, ils peuvent être mis hors d'état de nuire, insiste Mme Charnoz.

Pour la plupart des transporteurs urbains, à Paris comme en régions, «le sujet n'est plus occulté, c'est un progrès», se félicite Christiane Dupart, de la FNAUT. Toutefois «il y a encore beaucoup à faire pour que les personnels soient formés» et «il faut de la présence humaine dans les stations», insiste-t-elle.

L'enjeu, insiste Mme Delavier, est que les femmes ne soient plus amenées à renoncer à une soirée ou à devoir se payer un taxi par peur d'emprunter les transports en commun.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Petit pays le 29.11.2021 07:19 Report dénoncer ce commentaire

    Tandis que chez nous on met des mois pour réagir face à un individu qui filme les dessous des femmes dans les bus ...

  • Realux le 28.11.2021 10:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et au Luxembourg on est livré aux lions de la gare, pas de reportage ? uniquement parler de Paris et de la France...c'est très bas, dire que cela est le cas aussi au Luxembourg...c'est plus dur hein ?

  • franckydb le 28.11.2021 11:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ç’est comment s’habiller normalement ? Il y a ici aussi un code vestimentaire a respecter ? Simplement on doit respecter les femmes et emmerder personne

Les derniers commentaires

  • Petit pays le 29.11.2021 07:19 Report dénoncer ce commentaire

    Tandis que chez nous on met des mois pour réagir face à un individu qui filme les dessous des femmes dans les bus ...

  • @deni le 29.11.2021 02:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tu respires l'intelligence

  • john le 28.11.2021 23:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @bob2 tu me fait rire dans tes propos

  • Sterling le 28.11.2021 22:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Simple Remarque: c'est parce que vous ne connaissez pas la différence entre les données statistiques et les anecdotes.

  • khaleessi le 28.11.2021 20:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Troll!