France

06 décembre 2018 15:06; Act: 06.12.2018 15:20 Print

Soupçonné de viol, le chanteur Lamjarred libéré

Le chanteur marocain, inculpé pour viol fin août et placé en détention provisoire mi-septembre, a été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

storybild

La pop star marocaine est visée par plusieurs enquêtes pour des faits similaires. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Dans un arrêt rendu mercredi, la chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Aix-en-Provence (sud-est de la France) a infirmé une précédente décision qui avait abouti au placement en détention de Saad Lamjarred, le 18 septembre dernier.

Le contrôle judiciaire du chanteur, interpellé à Saint-Tropez (Côte d'Azur) le 26 août, après la plainte d'une jeune femme l'accusant de l'avoir violée la veille dans un établissement de nuit, lui interdit notamment de quitter la France. Obligé de résider à Paris, il a également dû verser une caution de 75 000 euros, a-t-on précisé de même source.

Aidé par le roi du Maroc

La pop star marocaine, dont les clips ont été visionnés des millions de fois sur Internet, est visée par plusieurs enquêtes pour des faits similaires. Il avait déjà été inculpé en octobre 2016 à Paris pour «viol aggravé» et «violences volontaires aggravées» et écroué. À la veille d'un concert qu'il devait donner, une jeune femme de 20 ans avait porté plainte, affirmant avoir été agressée par le chanteur, dans la chambre d'hôtel de ce dernier.

Saad Lamjarred avait été remis en liberté en avril 2017, sous bracelet électronique, à la suite d'une décision de la cour d'appel de Paris. Le roi du Maroc Mohammed VI avait annoncé prendre en charge les frais d'avocats du chanteur. Toujours en avril 2017, il avait été inculpé pour «viol», dans une enquête ouverte après la plainte d'une jeune Franco-Marocaine, affirmant avoir été agressée et frappée par le chanteur, à Casablanca, en 2015.

Saad Lamjarred avait également été mis en cause aux États-Unis dans une affaire de viol présumé datant de 2010, mais les poursuites avaient été abandonnées.

(L'essentiel/afp)