25 avril 2019 19:54; Act: 26.04.2019 14:05 Print

«Travailler davantage pour baisser les impôts»

Le président français Emmanuel Macron a fait plusieurs annonces, hier, face à de très nombreux journalistes, pour répondre notamment aux gilets jaunes.

storybild

Emmanuel Macron s'est défendu d'avoir fait fausse route. (photo: AFP/Ludovic Marin)

Sur ce sujet
Une faute?

«Est-ce qu’on a fait fausse route? Je crois tout le contraire». Offensif, Emmanuel Macron a livré jeudi ses réponses au grand débat et à la crise des gilets jaunes. Lors d’un propos liminaire de près d’une heure, le président français a d’abord évoqué le «mouvement inédit», depuis le 17 novembre, des gilets jaunes dont il a salué les «justes revendications à l’origine», qui ne doivent pas être «occultées par les violences de quelques-uns».

Assis sur une estrade, le chef de l’État a pris place devant 320 journalistes, il a confirmé vouloir réduire l’impôt sur le revenu de quelque 5 milliards d'euros, une décision financée en supprimant «certaines niches fiscales» et avec «la nécessité de travailler davantage». Il a toutefois estimé jeudi que travailler plus ne pouvait pas passer par la suppression d'un jour férié ou un recul de l'âge légal de départ à la retraite, tout en relevant qu'on peut «laisser le libre choix» en ce qui concerne l'allongement de la durée de cotisation. Autre confirmation: la réindexation des pensions de retraites de moins de 2 000 euros sur l’inflation. Le chef de l'État a en outre dit vouloir un minimum vieillesse d'au moins 1 000 euros.

« Intraitable face à l'islam politique »

Le chef de l’État a dit ne plus vouloir de fermetures «ni d’hôpitaux ni d’écoles sans l'accord du maire» d’ici 2022. Il a dit vouloir instaurer une «part significative de proportionnelle», de 20% pour l'Assemblée nationale et 25% au Sénat, rejetant en revanche l’instauration du vote blanc et du vote obligatoire. Le nombre d'élus dans les deux chambres du Parlement français baisserait lui de «25 à 30%». Quant au référendum d’initiative citoyenne (RIC), il souhaite l’instaurer au niveau local.

Alors que des ONG, mais aussi l'aile écologiste de la majorité, se sont inquiétées de la faiblesse des annonces en matière d’environnement, M. Macron a expliqué vouloir mettre en place un «Conseil de défense écologique». Cette instance devra «mettre au cœur de toutes nos politiques cette urgence climatique». Critiqué sur ce thème, le président a promis d’être «intraitable» face à «l’islam politique qui veut faire sécession avec notre République».

Le président a aussi annoncé qu'il souhaitait mettre fin aux systèmes des «grands corps» de la haute fonction publique, dont les membres sont actuellement, selon lui, «garantis d'une protection à vie». «On doit mettre à l'épreuve les jeunes hauts fonctionnaires. Ils ne peuvent pas tout de suite accéder aux postes suprêmes et être garantis de ne jamais les quitter. Je souhaite que nous mettions fin aux grands corps», a dit le chef de l'État, qui a aussi dit penser «qu'il faut supprimer l'ENA, pas pour se donner le plaisir de supprimer» l'École nationale d'administration, mais «pour bâtir quelque chose qui fonctionne mieux». Enfin, le président a aussi évoqué son avenir. «Je me fiche de la prochaine élection» présidentielle de 2022, «je veux réussir ce mandat», a-t-il lancé.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Quoi... le 26.04.2019 06:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    au lieu de ce plaindre,commencés déjà par travailler au minimum 40h par semaine

  • UbuRoi le 26.04.2019 10:57 Report dénoncer ce commentaire

    1. Une infime monorité de quelques milliers de personnes manifestent et cassent les magasins. 2. Le président donne de l'argent (prime d'activité et augmentation des petites pensions) qui n'a pas et baisse les impôts. 3. Les gens continuent de râler.

  • Veritas le 26.04.2019 08:09 Report dénoncer ce commentaire

    C'est vraiment un pas en avant. Surtout l'indexation des pensions était vraiment nécessaire en France. La baisse de l'impôt sur le revenu profitera aussi à bon nombre de personnes. J'espère que les manifestants des gilets jaunes comprendront et et ne continueront pas à manifester pour le plaisir de manifester.

Les derniers commentaires

  • wullmaus le 26.04.2019 11:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le temps des esclaves au travail,semble de retour,dans certains pays. Travailler plus longtemps,payer plus d impots,et enrichir les riches patrons.!!!! Bravo aux Gillets de pas se laisser endormir,mais au contraire,d en venir comme en 1968.??!!!!!!

  • Henck le 26.04.2019 11:21 Report dénoncer ce commentaire

    Redonner le gout du travail au français : Défiscaliser pour eux et leurs entreprises les heures supplémentaires ... Transformer la couverture sociale en un forfait et pas le baser sur les heures prestées, sinon les entrepreneurs sont étranglés Transformer l aide sociale en produit de première nécessité: fini l argent , vous devez bouffer Ok on va vous donner des tickets pour acheter de la nourriture, nourriture choisie achetée auprès des agriculteurs français ( bien sur il restera une partie en liquide dont chacun à le droit a en faire ce qu il veut )

  • Luxo le 26.04.2019 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Travailler davantage? Si quelqu'un chante, chante avec lui. Si quelqu'un boit, bois avec lui. Si quelqu'un s'amuse, amuse toi avec lui. Si quelqu'un travaille .... laisse le travailler

  • UbuRoi le 26.04.2019 10:57 Report dénoncer ce commentaire

    1. Une infime monorité de quelques milliers de personnes manifestent et cassent les magasins. 2. Le président donne de l'argent (prime d'activité et augmentation des petites pensions) qui n'a pas et baisse les impôts. 3. Les gens continuent de râler.

  • evident le 26.04.2019 09:05 Report dénoncer ce commentaire

    «je veux réussir ce mandat» ... une fois que le plie sera pris, il sera très difficile de retourner en arrière ...