Maltraitance en France

03 novembre 2018 19:11; Act: 03.11.2018 19:13 Print

Un abattoir ferme après des «actes intolérables»

Après la diffusion d'une vidéo montrant des actes de maltraitance animale, le ministère français de l'agriculture a fait fermer immédiatement un abattoir communal.

Sur ce sujet
Une faute?

Le préfet de l'Indre a ordonné samedi la suspension provisoire et immédiate de l'activité d'un abattoir du département, à la demande du ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, qui a dénoncé dans un communiqué les «pratiques inacceptables» de l'établissement.

Cette décision fait suite à la diffusion par l'association L214 de vidéos montrant des animaux maltraités dans l'abattoir du Boischaut, un établissement public géré par la communauté de communes du Pays de La Châtre-Sainte-Sévère. Des «actes intolérables» selon le ministre, qui a également mandaté la Brigade nationale d'enquête vétérinaire pour diligenter une enquête administrative.

17 000 animaux abattus

«Sur la base des conclusions, des décisions appropriées seront ensuite prises», est-il précisé dans le communiqué du ministre. L'association L214, qui milite pour un meilleur traitement des animaux élevés et abattus pour la consommation, explique sur son site avoir filmé entre fin août et début septembre des scènes de maltraitance des animaux dans cet abattoir, certifié bio et qui abat quelque 17 000 animaux chaque année.

L'établissement, situé dans la commune de Lacs, emploie 17 salariés. François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, a réagi en condamnant «fermement les pratiques cruelles, inadmissibles en France en 2018». «Les inspections et audits ne suffisent plus, il faut maintenant contrôler les abattoirs en continu pour mise aux normes et éradication de ces pratiques», a affirmé le ministre écologiste dans une déclaration transmise à l'AFP.

Les grands groupes réagissent

L214, qui porte plainte auprès du procureur de la République de Châteauroux pour maltraitance et sévices graves, dénonce aussi «les carences des services vétérinaires qui permettent la persistance de ces actes». Elle affirme qu'en 2016, «un rapport avait relevé des points de non-conformité majeurs» à la réglementation, dans cet établissement.

L'association a aussi appelé les groupes de distribution Système U et Carrefour, qui commercialisent de la viande issue de cet abattoir, à «cesser immédiatement de s'approvisionner auprès de celui-ci». Le distributeur Carrefour a assuré samedi à l'AFP, par téléphone, qu'il ne s'approvisionnerait plus chez ce fournisseur.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • denispa1 le 03.11.2018 21:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un bon début car une telle barbarie est inacceptable. On peut avoir peur des individus qui sont à ce point cruels

  • super taxe le 03.11.2018 20:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Inadmissible de nos jours. Je connais l’endroit pour y être allée en vacances : paisible, serein. On y voit les bêtes paître gentiment dans les prés alentour. Les savoir terminer leur vie de cette manière est une honte.

  • Marcel le 03.11.2018 19:33 Report dénoncer ce commentaire

    Si nous savions ce qui se passe dans tous les abattoirs du monde ?????? Malheureusement c'est un cercle fermé. Ses gens-là sont des lâches, pervers et impuissants, y compris les directions en premier. A bon entendant merci.

Les derniers commentaires

  • louis le 05.11.2018 23:01 Report dénoncer ce commentaire

    Sachez que les trois-quarts des abattoirs pratiquent l'abattage rituel sous contrôle d'un religieux, c'est à dire égorger les animaux encore vivants sans étourdissement, tout ça pour faire plaisir à une certaine catégorie de personnes. Une vache jugée mal tuée selon la règle sera vendue comme une autre tuée avec étourdissement, avec les risques sanitaires qui en découlent. Mais là, motus des lanceurs d'alertes !!!

  • Luxo le 05.11.2018 18:23 Report dénoncer ce commentaire

    Arrêtez d'accuser l'abattoir ou les ouvriers. C'est nous les responsables, Nous mangeons trop de viande et nous ne nous préocupons plus du bien être animal comme le faisait nos parents qui élevaient , aimaient , soignaient les animaux qu'ils tuaient de leurs mains avant de les manger. Chaque mangeur de Hamburger devrait travailler au moins une journée dans sa vie dans un abattoir pour obtenir le droit de manger du boeuf (de la vache en réalité).

  • gucci le 04.11.2018 14:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bientôt vous allez manger de l'herbe et puis c'est tout...

  • fifi le 04.11.2018 11:40 Report dénoncer ce commentaire

    insoutenable sa coupe de cheveux!

  • Ex chômeur le 04.11.2018 11:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les salariés sont tout aussi punissables. Comment ce réjouir face à de tels actes de barbarie.