Incident en Corse

13 octobre 2019 17:04; Act: 14.10.2019 12:56 Print

Un bateau s'échoue dans une réserve naturelle

Un cargo transportant des bobines d'acier s'est échoué dimanche en Corse, près de Bonifacio. Heureusement, aucune pollution n'est à déplorer.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Un cargo d'environ 90 mètres de long transportant des bobines d'acier, avec sept personnes à bord, s'est échoué dans la nuit de samedi à dimanche, dans la réserve naturelle de Bonifacio, en Corse, a annoncé la préfecture maritime. Dimanche, vers 3h du matin, le navire Rhodanus, battant pavillon Antigue-et-Barbude, devait pénétrer dans les bouches de Bonifacio mais «n'a pas viré à temps et a poursuivi sa route vers la côte en dépit des appels répétés du Centre opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) en Corse, du sémaphore de Pertusato et la station italienne Maddalena pendant près de 50 minutes», a indiqué la même source.

«Le bâtiment, posé sur le fond, n’a pas de gîte (reste droit) et aucune pollution n'est constatée», ajoute la préfecture. Toutefois, «par principe de précaution, des moyens de lutte antipollution» ont été déployés: le remorqueur d'intervention, d'assistance et de sauvetage Abeille Flandre et le bâtiment de soutien, d'assistance et de dépollution Jason ont appareillé de Toulon, ajoute-t-elle. Des moyens italiens sont également sollicités. «Le navire se trouve en plein milieu des archipels de la réserve naturelle des bouches de Bonifacio, dans une zone de protection renforcée très sensible du point de vue environnemental», a souligné le directeur de la réserve, Jean-Michel Culioli, qui se trouvait sur place.

«Il n'aurait jamais dû se trouver là. Nous restons très vigilants», a insisté le responsable de la plus grande réserve naturelle de France métropolitaine. Situées entre la Corse et la Sardaigne, les bouches de Bonifacio s’étendent sur 80 000 hectares. Des gendarmes maritimes se trouvaient à bord du navire dans la matinée et un avion Falcon de la marine nationale a également rejoint les lieux. Enfin, une équipe d’évaluation et d’intervention (EEI) de la Marine nationale a décollé de Toulon pour effectuer les premières estimations sur place.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.