En France

17 juin 2019 16:33; Act: 17.06.2019 17:02 Print

Un bébé ours en cavale et en danger

Un ourson non sevré, qui avait été sauvé en Ariège (sud-ouest de la France) après avoir perdu sa mère, est en danger après s'être échappé de l'enclos où il était soigné.

storybild

Un appel à témoins, et des recherches menées par une douzaine de personnes, ont été lancés pour le retrouver.

Sur ce sujet
Une faute?

Ce petit animal «de 8 kg, particulièrement affaibli», avait été placé «le 12 juin chez un capacitaire ursidés» de la région, «afin d'être réalimenté et remis en état pour retrouver son milieu naturel», a précisé la préfecture du département voisin du Tarn, dans un communiqué. Mais il s'est échappé dans la nuit de dimanche à lundi de son enclos, a-t-elle indiqué. Selon un agent préfectoral, l'ourson, «encore très faible», n'avait que très peu de chance de survie s'il n'était «pas retrouvé dans les prochaines heures». Un appel à témoins et des recherches ont été lancés pour le retrouver.

Une douzaine de personnes dont trois spécialistes de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) participaient lundi à ces recherches, a constaté un correspondant de l'AFP. Il y a une semaine, l'ourson, qui errait sans sa mère à proximité d'un village, avait été recueilli par des agents de cet Office. Un examen vétérinaire avait confirmé qu'il était «extrêmement affaibli, dénutri et déshydraté», prouvant qu'il était séparé de sa mère depuis plusieurs jours, avait indiqué à l'AFP un de ses responsables locaux.

Réintroduits depuis 20 ans

Selon l'ONCFS, une cinquantaine d'ours vivent dans le massif des Pyrénées, près de la frontière franco-espagnole, avec une concentration d'individus dans l'ouest de l'Ariège, à l'endroit où l'ourson a été sauvé. Cette population ursine a été obtenue grâce à plusieurs réintroductions de plantigrades depuis plus de 20 ans, afin de sauvegarder l'espèce menacée d'extinction en France, malgré l'opposition d'éleveurs locaux.

Début juin, l'Office, en charge des politiques publiques en matière de biodiversité, avait annoncé que les deux oursons de l'une des deux ourses slovènes introduites dans les Pyrénées en 2018, Sorita, avaient probablement été tués par un ours mâle. Ces deux oursons étaient nés dans la tanière de leur mère fécondée en Slovénie. Mi-avril, les agents de l'Office avaient pu confirmer la présence des bébés aux côtés de Sorita, mais n'avaient depuis lors plus retrouvé de traces de vie.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.