Coronavirus en France

30 octobre 2020 11:38; Act: 30.10.2020 16:48 Print

Un confinement de deux à trois mois en France?

Le président français Emmanuel Macron envisagerait un confinement de huit à douze semaines, si le nombre d'infections au Covid-19 continue de grimper.

storybild

Le confinement épisode 2 a officiellement débuté en France. (photo: AFP/Thomas Coex)

Sur ce sujet
Une faute?

Et si le confinement épisode 2 durait encore plus longtemps que le premier? Ce scénario est très sérieusement envisagé par l’Élysée. D'après plusieurs médias français, le président Emmanuel Macron réfléchirait à un confinement pouvant aller de huit à douze semaines. Cela amènerait les Français à devoir rester chez eux jusqu'à la fin de l'année, voire jusqu'au 1er février.

Un long tunnel entre l'automne et l'hiver qui risquerait de fortement impacter le moral de la population. Le chef de L’État craindrait en effet une non-acceptation de ces mesures contraignantes. C'est pourquoi il aurait décidé d'annoncer un mois de confinement dans un premier temps, misant sur une cassure de la courbe épidémique dans ce laps de temps. Un scénario optimiste mais pas impossible.

Pour mémoire, le premier confinement avait duré 55 jours, du 17 mars au 11 mai. Des voix s'élèvent au Luxembourg pour qu'un confinement soit également décrété face à la brutalité de la deuxième vague qui touche le pays. Interrogé en septembre avant que le nombre d'infections remonte de manière spectaculaire, le Premier ministre Xavier Bettel avait déclaré qu'iln'envisageait pas de reconfiner. «C'est la dernière chose que je ferais», avait-il indiqué. Pour l'heure, un couvre-feu de 23h à 6h est entré en vigueur au Grand-Duché.

(th/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • 2021 fait peur le 30.10.2020 13:11 Report dénoncer ce commentaire

    Le civisme aurait été suffisant ! La crise sera énorme, car cela causera de très nombreuses faillites, mais aussi de graves problèmes psychiques auprès de la population. 2021 sera pire avec ces méthodes.

  • Glander le 30.10.2020 13:30 Report dénoncer ce commentaire

    Des voix s'élèvent au Luxembourg pour qu'un confinement soit également décrété. Encore en vie de rester à la maison et d'être payé pour glander ? Vous voulez rester chez vous mais alors sans aides de la part de ceux qui doivent travailler

  • Pierre le 30.10.2020 15:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il va y avoir une révolution c'est pas possible !!!

Les derniers commentaires

  • ben le 31.10.2020 19:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous avez bien raison

  • INFO le 31.10.2020 17:27 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut que le Luxembourg aussi confine comme ca on retrouvera les routes libre pour aller travailler. :-)

  • causetoujours le 31.10.2020 15:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ouah tant de pessimistes et de défaitiste, pas possible tout

  • bonsens le 31.10.2020 15:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il fallait pas aller en vacances, on le savait mais on a fait les malins

    • nathy le 31.10.2020 18:47 Report dénoncer ce commentaire

      Exact il fallait empêcher les vacances à tout va , et les agences auraient dues rembourser les gens au lieu de faire des avoirs !!

  • lea le 31.10.2020 13:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est sûr que au bout d’un moment on va se dire qu’on a plus rien à perdre et ça va exploser.