Après une vidéo choc

28 mai 2016 10:54; Act: 28.05.2016 13:11 Print

Un élevage contraint de tuer 300 000 volailles

Les conditions d'élevage d'un établissement ont été dénoncées dans une vidéo choc. Deux jours plus tard, un vide sanitaire a été ordonné par les autorités françaises.

Sur ce sujet
Une faute?

L'association militante L214 avait publié mercredi des images, tournées en avril dans un élevage de l'Ain, montrant des poules déplumées et entassées dans des cages à perte de vue. On y voyait aussi une prolifération de poux, d'asticots, des cadavres en état de décomposition avancée, des accumulations de fiente. Les réactions s'étaient enchaînées. Le ministre français de l'Agriculture Stéphane Le Foll avait assuré qu'il fermerait l'établissement si nécessaire, comme le réclamait L214. Sa collègue de l'Environnement, Ségolène Royal, avait exigé une inspection et une décision «dans la journée» au préfet de l'Ain. C'est finalement deux jours plus tard que le préfet a ordonné de vider et nettoyer les bâtiments sous trois semaines.

«Cet élevage est en très grande difficulté économique, avec un nombre d'employés devenu insuffisant pour remplir correctement les tâches quotidiennes d'un élevage. L'activité ne peut plus être assurée dans le respect des normes environnementales», justifie Laurent Touvet dans un communiqué qui ne laisse guère de doute sur le devenir des animaux. «Les 300 000 poules présentes dans l'établissement (200 000 poules pondeuses et 100 000 poulettes) seront abattues ou vendues à des tiers» pour être transformées en farine pour l'alimentation animale, précise-t-il .

Répercussions sociales

Le Gaec du Perrat, situé à Chaleins, au nord de Lyon, pourra ensuite «repartir sur des bases saines» ou procéder à une liquidation judiciaire, ce qui semble «vraisemblable» compte tenu de ses difficultés économiques, a-t-il ajouté. «Je vais abattre mes poules et mes poulettes, car mes fournisseurs me lâchent, je n'ai plus de quoi nourrir mes bêtes», a déclaré Dominic Raphoz, cogérant du Gaec. «Je vais aussi devoir arrêter l'élevage porcin qui ne représente que 30% de mon chiffre d'affaires»,a -t-il ajouté, précisant que la piste de la liquidation n'était pas encore décidée.

L'établissement fait de l'élevage industriel de porcs et de volailles et emploie une vingtaine de personnes. «On est juste horrifié et on est en train d'organiser une chaîne de solidarité avec les autres associations pour récupérer ces animaux», a réagi de son côté Brigitte Gothière, cofondatrice de L214. Et «par rapport aux salariés, que va-t-il se passer? On avait reçu plusieurs témoignages de leur part: les lanceurs d'alerte seront-ils protégés?», s'interroge-t-elle.

Plus tôt dans la journée, le syndicat CGT s'était inquiété des répercussions sociales de la vidéo, pointant l'irresponsabilité de l'association de s'en prendre à une filière qui connaît déjà des difficultés. L'association L214, basée à Lyon, a déjà obtenu la fermeture de deux abattoirs en France après avoir diffusé d'autres vidéos.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Taxman le 28.05.2016 14:17 Report dénoncer ce commentaire

    ça c'est fort quand même. Cela fait des années que je n'achète pas d'oeufs qui ne sont pas bio venant de poules étant élevées en plein air (catégorie 0, et non 3). De même pour la viande. Un poulet qui est adulte après 41 jours, faut quand même se demandér comment il a pu en arrivér la à 41 jours, et en regardant le prix on comprend très vite. le seul soucis: il faut y mettre le prix, et la plupart des gens ne veulent/ne peuvent pas. Donc: Moins de viande, moins d'oeufs, mais de meilleure qualité.

  • Vincent le 29.05.2016 08:41 Report dénoncer ce commentaire

    Rendez le bio obligatoire en Europe, et donnez des aides sous formes de bons aux ménages qui n ont pas les moyens.

  • Johne le 28.05.2016 13:31 Report dénoncer ce commentaire

    Comme d'habitude, c'est toujours les animaux qui paient... "Excusez nous, on va vous buter après vous avoir exploités et torturés pendant des semaines." C'est ça qu'on qualifie de "respect" et d'"humain".

Les derniers commentaires

  • Kadoc le 30.05.2016 16:58 Report dénoncer ce commentaire

    Elle est où la poulette ?

  • Vincent le 29.05.2016 08:41 Report dénoncer ce commentaire

    Rendez le bio obligatoire en Europe, et donnez des aides sous formes de bons aux ménages qui n ont pas les moyens.

    • Vindulux le 30.05.2016 13:45 Report dénoncer ce commentaire

      @Vincent: C'est certainement une bonne solution, car le vrai "bio" est en réalité meilleur et plus économique. Car les élevages industriels et l'agriculture intensive provoque énormément de pollution et détruisent l'environnement. Et ces pollutions et l'impact des mauvais aliments sur notre santé sont répercutés sur la collectivité et la CNS, alors que ces coûts devraient être inclus dans le prix de vente de la bouffe qui empoisonne la terre et nous rend malade. Mais plus de bio c’est moins de PIB et moins de frics pour les médecins.

  • CV57 le 28.05.2016 22:23 Report dénoncer ce commentaire

    En écoutant la représentante des Jeunes Agriculteurs dans la dernière émission "des paroles et des actes" jeudi soir beaucoup pensaient sans doute à ce drame ... qui "crédibilisait" relativement modérément son discours. Maintenant, c'est en fait toute la chaîne de conditionnement et de distribution que cela devrait bien entendu interroger.

  • Vindulux le 28.05.2016 19:01 Report dénoncer ce commentaire

    Au Luxembourg nous avons aussi des élevages industriels de poulets, de porcs, de vaches... même si les conditions sanitaires sont meilleures, élever 6000 poules dans un poulailler n’est pas possible sans l’utilisation massive d’antibiotiques. Ces conditions d’élevages, concentrationnaires ne sont pas acceptables . Favorisons plutôt les éleveurs qui respectent le bien être des animaux et qui les nourrissent qu’avec des végétaux produits sur la ferme.

    • Terry le 28.05.2016 19:35 Report dénoncer ce commentaire

      Entièrement d'accord!

  • Taxman le 28.05.2016 14:17 Report dénoncer ce commentaire

    ça c'est fort quand même. Cela fait des années que je n'achète pas d'oeufs qui ne sont pas bio venant de poules étant élevées en plein air (catégorie 0, et non 3). De même pour la viande. Un poulet qui est adulte après 41 jours, faut quand même se demandér comment il a pu en arrivér la à 41 jours, et en regardant le prix on comprend très vite. le seul soucis: il faut y mettre le prix, et la plupart des gens ne veulent/ne peuvent pas. Donc: Moins de viande, moins d'oeufs, mais de meilleure qualité.