En France

06 septembre 2018 07:24; Act: 06.09.2018 12:00 Print

Un élu veut chasser Airbnb du centre de Paris

Ian Brossat, adjoint au logement de la Ville de Paris, souhaite faite interdire les locations d'appartements entiers via Airbnb dans quatre arrondissements touristiques du centre.

storybild

«Un logement sur quatre ne sert plus à loger des Parisiens», s'alarme Ian Brossat, adjoint communiste au logement de la Ville de Paris.

Sur ce sujet

«Explosion des locations illégales» et «manque de logements»: l'élu parisien Ian Brossat a demandé jeudi aux législateurs d'interdire les locations d'appartements entiers via Airbnb dans quatre arrondissements touristiques du centre et la fin des résidences secondaires dans la capitale. «Un logement sur quatre ne sert plus à loger des Parisiens», s'alarme auprès de l'AFP Ian Brossat, adjoint communiste au logement de la Ville de Paris et chef de file du PCF aux élections européennes. Autre constat: en 2014, selon l'Insee, Paris comptait «environ 107 000 logements secondaires sur 1,1 million de logements à Paris», rappelle l'élu, qui demande également aux législateurs d'«interdire l'achat de résidence secondaire à Paris».

«Est-ce qu'on veut que Paris soit une ville accessible aux classes moyennes ou une cour de récréation pour des milliardaires saoudiens ou américains?», s'interroge-t-il. En guerre depuis plusieurs années contre le géant américain, l'élu propose d'«interdire la location d'appartements entiers via Airbnb dans les quatre premiers arrondissements parisiens (Ier, IIe, IIIe et IVe)», situés à proximité des sites touristiques de Notre-Dame-de-Paris, du Louvre ou de l'Opéra. Ses propositions, dévoilées jeudi par le journal Le Parisien et l'AFP, «n'engagent pas la maire de Paris, Anne Hidalgo», qui a déjà fait voter des mesures restrictives pour les locations d'appartements à Paris (limitées à 120 jours par an et par logement, et l'obligation d'avoir un numéro d'enregistrement), a assuré l'élu, qui publie un roman sur la plateforme («Airbnb la ville ubérisée»). Mais ces mesures supposent un changement législatif, qu'il espère voir adopter lors des débats sur la loi logement Elan, à l'automne.

Pas de respect

Pour Ian Brossat, «si on ne fait rien dans le centre, il n'y aura plus d'habitant: comme sur l'île Saint-Louis, on va finir par avoir un nombre d'habitants en déclin, des commerces de bouche transformés en boutique de fringues ou de souvenirs», prévient-il. «On sera dans un musée à ciel ouvert!» Pour Irène, 42 ans, habitante dans le Ier arrondissement, les touristes de passage dans ces logements «ne respectent pas la vie de l'immeuble: ils arrivent avec plein de bagages et chargent les ascenseurs. Ils dégradent les parties communes» sans compter les «jeunes qui viennent pour faire la fête», regrette-t-elle. Au travail, «je parle plus anglais que français», explique à l'AFP Sabrina, jeune serveuse au cœur de la capitale. En face de son établissement, elle pointe un immeuble chic de l'île de la Cité, où «le propriétaire loue les appartements entre 200 et 400 euros environ sur des plateformes comme Airbnb».

Même si «les commerçants ne sont pas mécontents» d'une clientèle souvent américaine qui dîne sur place, il n'en reste pas moins que «plus les touristes sont discrets avec leurs valises (dans la rue) mieux c'est», estime-t-elle. Amanda, touriste canadienne qui a loué un logement à deux pas de la Tour Eiffel, peut «comprendre que ça pose problème s'il y a trop de locataires Airbnb, et que cela change l'esprit d'un quartier». Berlin, Barcelone, Amsterdam... De plus en plus de villes dans le monde accusent Airbnb d'accentuer la crise du logement en incitant les propriétaires à louer à des visiteurs de passage plutôt qu'à ses résidents permanents. En août, la ville de New York a pris un arrêté obligeant la plateforme à communiquer à la mairie la liste des transactions effectuées pour des logements dans la ville. Dix ans après sa naissance, Airbnb, société avare en informations financières mais estimée à 31 milliards de dollars, selon un calcul réalisé à l'occasion d'une levée de fonds au printemps 2017, propose près de 5 millions de logements, dans 81 000 villes de près de 200 pays. Avec 60 000 logements à louer, Paris représente son premier marché.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Koneczny Gérard le 06.09.2018 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    Air B&B doit être défendu; tout simplement.

  • capitaine_obvious le 06.09.2018 11:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les résidences luxueuses qui se louent de personnes aisées à personnes aisées peut être ? ^^

  • Angoiser le 06.09.2018 10:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au Portugal ils joue avec les dénonciations et les voisins peuvent interdire l’accès à ce genre de location c’est incompréhensible

Les derniers commentaires

  • GG57 le 06.09.2018 12:23 Report dénoncer ce commentaire

    «Est-ce qu'on veut que Paris soit une ville accessible aux classes moyennes ou une cour de récréation pour des milliardaires saoudiens ou américains?» MDR c'est vrai que Bill Gates ou l'Emir du Koweit, quand ils viennent à Paris, ils vont réserver un logement sur Air BnB! Ce sont justement les classes moyennes qui vont sur ce site, pour trouver un logement abordable quand ils viennent dans la capitale. A plus de 200€ un hôtel sur Paris, on préfère regarder pour une chambre à 80!!

    • Sagga le 06.09.2018 13:09 Report dénoncer ce commentaire

      T as rien compris... il parlait des résidences secondaires.. lol

    • @GG57 le 06.09.2018 16:06 Report dénoncer ce commentaire

      oui mais vous le dites vous-mêmes, la classe moyenne va ainsi disparaître de Paris, vous voulez avoir cela?

  • capitaine_obvious le 06.09.2018 11:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les résidences luxueuses qui se louent de personnes aisées à personnes aisées peut être ? ^^

  • Koneczny Gérard le 06.09.2018 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    Air B&B doit être défendu; tout simplement.

    • CapableMoiMême le 06.09.2018 16:12 Report dénoncer ce commentaire

      Exactement.

  • Angoiser le 06.09.2018 10:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au Portugal ils joue avec les dénonciations et les voisins peuvent interdire l’accès à ce genre de location c’est incompréhensible

  • Jacques Vincennes. le 06.09.2018 08:57 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut commencer par décentraliser et faire diminuer la pression démographique.