«Où est Steve?»

18 juillet 2019 14:15; Act: 18.07.2019 14:48 Print

Un mois après, les zones d'ombre persistent

Plusieurs enquêtes sont en cours pour éclaircir les événements de la nuit du 21 au 22 juin, et l'opération controversée de la police.

Sur ce sujet
Une faute?

«Où est Steve ?» Un mois après la disparition de Steve Maia Caniço lors de la fête de la musique, l'inquiétude s'affiche toujours dans les rues de Nantes. «C'est vrai qu'il a fallu attendre un mois pour que ça commence à faire du bruit, pour qu'on commence à en parler, que certains commencent à s'indigner et que les procédures judiciaires puissent avancer», estime Marianne Rostan, avocate au barreau de Paris.

Elle a déposé le 3 juillet une plainte collective de 89 participants pour «mise en danger de la vie d'autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique», confiée mardi à l'IGPN (l'Inspection générale de la police nationale). Dans la nuit du 21 au 22 juin, la fête de la musique s'était terminée dans la confusion: des échauffourées avaient éclaté vers 4h30 entre participants et policiers venus exiger l'arrêt de la musique sur le quai Wilson, un endroit sans parapet de l'île de Nantes, sur la Loire.

Il n'y a eu «aucune charge» des forces de l'ordre, visées par des projectiles, selon la police. De nombreux participants ont cependant relaté avoir été aveuglés par un nuage de gaz lacrymogène: paniqués, ils ont chuté dans le fleuve. Quatorze personnes ont ainsi été repêchées par les secours durant la nuit. Steve Maia Caniço, animateur périscolaire de 24 ans, n'a plus donné signe de vie depuis cette nuit-là, peut-être tombé dans la Loire lui aussi. Il ne sait pas nager, selon ses proches. «Où est Steve?» La question a surgi sur les réseaux sociaux, dans les rangs de «gilets jaunes» à Toulouse, Lille, Paris. L'attente, mais pas l'oubli: elle a été placardée sur quelques-unes des 550 statues de l'artiste Stéphane Vigny, installées place Royale, à Nantes, pour l'été.

«Vérité pour Steve»

«Ça prend... Mais on a l'impression que ça reste cantonné, qu'il y a une sorte de plafond de verre, surtout au niveau politique où il y a très peu de réactions», constate Samuel Raymond, coordinateur de Freeform, une structure nationale qui accompagne l'organisation de rassemblements festifs. Peu de caciques de la majorité comme de l'opposition se sont risqués à parler de cette disparition. «La hiérarchie policière et le pouvoir auraient préféré l'étouffer», a estimé le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, rappelant qu'un syndicat de police avait critiqué l'opération.

«Ce qui peut paraître assez surprenant au départ c'est l'absence de réaction judiciaire et politique juste après l'intervention», estime Me Rostan. Le rythme judiciaire s'est récemment accéléré: cinq procédures sont menées en parallèle, dont une enquête administrative conduite par l'IGPN et une enquête de la police judiciaire à la suite de «dix plaintes de policiers qui ont été blessés lors des événements de la fête de la musique», a déclaré à l'AFP, Pierre Sennès, procureur de la République, à Nantes.

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, s'est également auto-saisi pour enquêter sur cette soirée mouvementée. L'annonce n'a fait «ni chaud ni froid» au préfet Claude d'Harcourt qui avait prétendu sur France Bleu Loire Océan, deux jours après les faits, que les forces de l'ordre intervenaient «toujours de manière proportionnée». Alors même que Libération révélait récemment des vidéos contredisant carrément la version des autorités. La disparition de Steve Maia Caniço fait quant à elle l'objet d'une information judiciaire, pilotée par un juge d'instruction. Une trentaine d'auditions ont été réalisées à Nantes mais c'est désormais la police judiciaire de Rennes qui a repris la main, selon une source proche du dossier.

Sa famille s'est constituée partie civile. «Ce sont d'abord des gens qui souffrent terriblement parce que leur fils est tombé dans la Loire et ils n'ont pas le corps», confie Cécile de Oliveira, leur avocate. Quai Wilson, les tags donnent le ton: «Noyade autorisée par la préfecture», «bavures policières il faut que ça cesse», «nous voulons la vérité pour Steve». Par petits groupes, des proches viennent régulièrement scruter le fleuve. Un rassemblement y est organisé samedi, à 15h30, pour demander «où est Steve?», a annoncé l'association Média'son sur sa page Facebook.

Un rassemblement sur le Quai Wilson organisé par les proches de Steve est prévu ce samedi 20 Juillet. Le rendez vous est fixé à 15h30 ! Venez nombreux

Publiée par Média'son sur Jeudi 18 juillet 2019

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.