Colis piégé

27 mai 2019 10:27; Act: 27.05.2019 14:48 Print

Quatre arrestations après l'explosion de Lyon

La police a procédé lundi à quatre arrestations dans le cadre de l'enquête sur l'explosion vendredi dernier d'un sac plastique bourré d'explosifs à Lyon.

storybild

Le suspect a fait l'objet d'un appel à témoins. (photo: Police nationale française)

Sur ce sujet
Une faute?

Le père du jeune homme soupçonné d'avoir déposé un colis piégé dans une rue passante de Lyon, vendredi, a été interpellé lundi et placé en garde à vue, a indiqué le parquet de Paris. Cette arrestation porte à quatre le nombre de personnes placées en garde à vue à ce stade dans l'enquête sur l'explosion d'un colis piégé qui a fait 13 blessés légers vendredi à Lyon.

Outre le jeune homme «soupçonné d'être l'auteur des faits», un Algérien âgé de 24 ans, selon le parquet, sa mère et un autre membre de sa famille (un lycéen majeur de nationalité algérienne) ont déjà été placés en garde à vue. L'explosion de ce colis piégé devant une boulangerie d'une artère piétonne et commerçante au cœur de Lyon a fait 13 blessés légers, neuf femmes dont une enfant de 10 ans et quatre hommes. Les images d'un suspect circulant à vélo, le visage masqué, avaient été rapidement diffusées par les autorités, et un ADN, non identifié, avait également été retrouvé.

Selon une source proche du dossier, il y a de fortes suspicions que l'explosif utilisé ait été du TATP (tripéroxyde de triacétone), en faible quantité. Les commandos jihadistes du 13 novembre 2015 avaient eu recours à cet explosif artisanal très instable. La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête, dès vendredi soir. Samedi, le procureur de Paris, Rémy Heitz, avait annoncé que «plusieurs dizaines» de témoignages étaient en «cours d'exploitation» pour tenter de faire la lumière sur cette attaque non revendiquée. La garde des Sceaux, Nicole Belloubet, avait elle souligné, vendredi soir, qu'il était «trop tôt» pour évoquer «un acte terroriste».

(L'essentiel/afp)