Cancer du sein en France

23 octobre 2021 08:57; Act: 23.10.2021 13:49 Print

Un traitement pour «gagner des mois de vie»

De nombreuses femmes atteintes d'un cancer du sein agressif bénéficieront dès le mois prochain d'un traitement innovant qui allonge la durée de survie de plusieurs mois.

storybild

Le Trodelvy permettrait d'allonger l'espérance de vie des patientes atteintes d'un cancer dit «triple négatif». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Si on pense communément que le cancer du sein se soigne bien désormais, ce n'est pas le cas du cancer dit «triple négatif», qui touche environ 15% des patientes, soit 9 000 nouveaux cas par an. Sa caractéristique: il ne présente aucun marqueur (récepteurs hormonaux ou protéine HER2) à la surface des cellules cancéreuses, susceptible de répondre à une thérapie ciblée existante. Les risques de récidives sont élevés: 30% dans les trois ans qui suivent le diagnostic.

En cas de récidive avec métastases, le pronostic de ce cancer ne s'est pas amélioré au cours des 20 dernières années faute de thérapies efficaces: un taux de survie à cinq ans de 11,3%. Les femmes touchées sont souvent plus jeunes que la moyenne (40% ont moins de 40 ans).

Aude Le Roux, 35 ans, est dans ce cas. Son cancer «triple négatif», détecté en mars 2020, a métastasé. Maman d'un petit garçon de trois ans, qu'elle «aimerait voir grandir», elle sait que les mois lui sont désormais comptés. Seul espoir concret pour le moment: l'accès prochain en France à un nouveau traitement, le Trodelvy: «ce n'est pas le traitement miracle mais cela va permettre de gagner des mois de vie», avance-t-elle.

«C'est un vrai progrès»

Cette nouvelle thérapie est un traitement par anticorps conjugué à une chimiothérapie, fabriqué par le laboratoire américain Gilead, qui s'adresse aux femmes «en échec thérapeutique» après avoir déjà reçu deux autres traitements. Des résultats d'études ont montré que la médiane de survie sans progression de ces tumeurs était augmentée de quatre mois et que la médiane de survie globale était doublée (12,1 mois, contre 6,7 mois avec la chimiothérapie).

«C'est un vrai progrès, on n'avait jamais eu d'aussi bons résultats dans cette situation pour le cancer du sein triple négatif métastatique», assure Delphine Loirat, oncologue médicale à l'Institut Curie et investigatrice principale de l'étude ASCENT, qui a évalué cette thérapie.

Le ministre de la Santé Olivier Véran, l'a récemment annoncé à l'Assemblée nationale: le Trodelvy sera disponible en France en accès précoce à compter du 1er novembre. Jusqu'à présent, en attendant l'autorisation de mise sur le marché (AMM) par l'Agence européenne des médicaments - qui vient juste d'être donnée -, des autorisations temporaires d'utilisation (ATU) nominatives avaient été accordées en France, bénéficiant à quelques dizaines de femmes seulement.

«Des familles vont pouvoir rester ensemble plus longtemps»

Claude Coutier, 52 ans, porte-parole du collectif #Mobilisationtriplettes, constitué il y a moins d'un an par des femmes atteintes du cancer triple négatif, ne peut qu'applaudir le résultat de cette «action collective»: «Un récent sondage nous a montré que quelque 600 femmes ont besoin en urgence du Trodelvy». «Des familles vont pouvoir rester ensemble plus longtemps, ça donne l'espoir de voir arriver ensuite d'autres traitements», dit-elle.

Car comme d'autres tumeurs, le cancer du sein triple négatif métastatique ne se guérit pas. «Nous voulons soutenir la recherche, à ce jour les thérapies innovantes pour ce cancer sont quasi inexistantes, hors essais cliniques», rappelle Claude Coutier

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tempus edax rerum le 23.10.2021 13:17 Report dénoncer ce commentaire

    pour 2 ou 3 mois en plus á souffrir psychologiquement.. est-ce bien raisonnable. Quand il est l'heure.. il est l''heure. Comme disait Bernard Tapie dans sa dernière interview.. Si t'as peur de la mort, t'as peur de la vie .

  • Détection? le 23.10.2021 14:28 Report dénoncer ce commentaire

    Avant de parler traitement, il faudrait déjà pouvoir détecter les cancers du sein. Et quand tu as une masse inconnue détectée par le médecin et qu'au CHL ils te disent prochain rendez-vous pour une mammographie dans plus d'un an... Tu te dis que la vie ne vaut rien pour ces gens là, et que l'on est pas prêt de s'en sortir. D'ailleurs c'est pas pénalement répréhensible? Sinon boncourage aux malades.

  • LetOthersBe le 23.10.2021 13:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    2 ou 3 mois de olus peuvent faire une grande différence surtout si on est jeune et/ou au on a des enfants en bas âge. Les souvenirs des moments partagés durant ces qq mois de sursis sont importants .

Les derniers commentaires

  • David B le 23.10.2021 21:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est pour quand les guérisons à 100/100 sans risque de récidive

  • Détection? le 23.10.2021 14:28 Report dénoncer ce commentaire

    Avant de parler traitement, il faudrait déjà pouvoir détecter les cancers du sein. Et quand tu as une masse inconnue détectée par le médecin et qu'au CHL ils te disent prochain rendez-vous pour une mammographie dans plus d'un an... Tu te dis que la vie ne vaut rien pour ces gens là, et que l'on est pas prêt de s'en sortir. D'ailleurs c'est pas pénalement répréhensible? Sinon boncourage aux malades.

    • Beppo le 23.10.2021 14:33 Report dénoncer ce commentaire

      Eh voilà, de suite on demande un avocat ! Quelle génération.

  • censuré le 23.10.2021 14:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    quelques mois de plus donnent l'espoir de trouver un médicament pour la guérison.

  • LetOthersBe le 23.10.2021 13:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    2 ou 3 mois de olus peuvent faire une grande différence surtout si on est jeune et/ou au on a des enfants en bas âge. Les souvenirs des moments partagés durant ces qq mois de sursis sont importants .

    • Parla le 23.10.2021 16:05 Report dénoncer ce commentaire

      Sauf que quand t’es morte, les souvenirs avec…

  • Tempus edax rerum le 23.10.2021 13:17 Report dénoncer ce commentaire

    pour 2 ou 3 mois en plus á souffrir psychologiquement.. est-ce bien raisonnable. Quand il est l'heure.. il est l''heure. Comme disait Bernard Tapie dans sa dernière interview.. Si t'as peur de la mort, t'as peur de la vie .

    • Helmutheimat le 24.10.2021 10:37 Report dénoncer ce commentaire

      A mon avis, de près ou de loin, vous ne devez aucunement être confronté(e) à cette saleté car c'est bien parce que vous avez aimé la vie que vous avez peur de la mort. Bien sûr que Tapie avait peur de la mort mais il a toujours montré qu'il faisait face aux problèmes ( judiciaires ou autres ) et gardait la tête haute en toute circonstance. Il n'allait pas dire à tous ceux qui l'adulaient et il y en avait car il avait un putain de charisme, que la faucheuse ne le troublait nullement.