Tuerie à la préfecture de Paris

09 octobre 2019 12:26; Act: 09.10.2019 13:00 Print

Une manif de soutien au tueur crée un scandale

Un candidat aux dernières élections européennes organise un rassemblement de soutien à l'auteur de la tuerie du 3 octobre. L'événement a été interdit, mais l'organisateur persiste.

storybild

Lors des dernières élections européennes, Hadama Traoré était la tête de liste de Démocratie représentative, un mouvement qui lutte contre la stigmatisation des quartiers populaires. (photo: Facebook)

Sur ce sujet
Une faute?

L'annonce a provoqué l'indignation unanime de la classe politique française. Hadama Traoré, qui se présentait comme «le candidat des banlieues» aux dernières élections européennes, voulait organiser un rassemblement de soutien à Mickaël Harpon, l'auteur de la tuerie de la préfecture de police de Paris. Annoncée sur Facebook, cette manifestation devait se tenir ce jeudi, devant le domicile de l'assaillant, à Gonesse.

Interrogé par Le Figaro, Hadama Traoré explique vouloir «communiquer différemment sur Mickaël», qui «n'est pas un terroriste». Si l'ex-candidat aux européennes condamne l'acte de l'informaticien, il n'hésite pas à se montrer menaçant envers ceux qui ne partageraient pas son avis: «La personne qui ose dire que Mickaël Harpon était un terroriste animé par des revendications religieuses, je lui traite sa mère et je lui crache à la gueule». Selon Hadama Traoré, l'assaillant a agi de la sorte parce qu'il était au bout du rouleau: «Il était discriminé parce qu'il était sourd. Ce contexte explique pourquoi il a craqué».

L'initiative du jeune homme a provoqué la réaction immédiate de la classe politique, relève LCI. Le maire de Gonesse, Jean-Pierre Blazy, a qualifié ce rassemblement d'«indigne», soulignant qu'il était organisé par un «complotiste chevronné». Dans la foulée, plusieurs parlementaires de tous bords politiques ont fait part de leur écœurement.

Mercredi matin, Christophe Castaner a mis un point final à la polémique: «La manifestation prévue à Gonesse en soutien à l'assassin de la préfecture de police est une infamie et une insulte à la mémoire de nos policiers. Je me suis entretenu avec le préfet du Val-d'Oise: le rassemblement va être interdit», a fait savoir le ministre de l'Intérieur, sur Twitter.

Qu'à cela ne tienne, Hadama Traoré semble ne pas vouloir lâcher l'affaire. Sur Facebook, il martèle que cette manifestation aura bel et bien lieu, malgré l'interdiction.

(L'essentiel/joc)