Maltraitance en France

25 mai 2019 21:15; Act: 25.05.2019 21:35 Print

Une vidéo tournée dans une porcherie fait débat

Un député de La France insoumise s'est introduit, illégalement, dans un élevage de porcs des Côtes-d'Armor. Il a posté la vidéo sur Facebook. Polémique garantie.

Sur ce sujet
Une faute?

Une vidéo tournée de nuit par l'association animaliste DxE dans un élevage porcin des Côtes-d'Armor, dans laquelle le député LFI Bastien Lachaud apparaît pour y dénoncer les conditions d'élevage, suscite de vives réactions du monde agricole, a-t-on appris samedi.

Cette vidéo a été diffusée jeudi, sur la page Facebook de l'association Direct Action Everywhere (DxE), branche française créée en octobre d'un mouvement antispéciste américain, qui revendique notamment de «mettre en lumière la réalité des élevages intensifs». On y voit au moins deux porcelets gisant au sol, dont un les entrailles sorties du corps.

Des animaux qui «ne voient jamais la lumière du jour»

«Cet élevage fait partie de la gamme "J'aime" de Fleury Michon. Ils disent que tout est fait pour que les animaux se sentent bien. Leur slogan est Venez vérifier . Nous y sommes allés, vérifions ensemble», explique dans la vidéo le député LFI Bastien Lachaud, qui accompagnait les militants. Sur place, il remarque que les animaux «ne voient jamais la lumière du jour» ou encore que les cages «sont trop petites pour les truies avec des barreaux qui leur rentrent dans les chairs».

«Comment en est-on arrivé là? Produire moins cher, plus vite, dans n'importe quelles conditions au détriment des animaux, des hommes, de la nature, du climat. On ne peut pas faire confiance à la filière, il faut légiférer», conclut le député.

Colère du syndicat agricole

L'intrusion du député a suscité la colère de la FNSEA, principal syndicat agricole. «Une nouvelle marche scandaleuse a été franchie en matière d'attaque contre l'agriculture et les agriculteurs (...) Bastien Lachaud, député France Insoumise de Seine Saint- Denis, se met en scène dans la porcherie d'un éleveur dans laquelle il est entré sans autorisation et en toute illégalité. Cette violation de propriété, de la part d'un élu, est scandaleuse et inadmissible !», dénonce le syndicat agricole, qui appelle l'éleveur à porter plainte et demande à la justice de «sanctionner sévèrement toutes les infractions de ce type».

Fleury Michon s'est dit lui «particulièrement surpris de cette intrusion». «Une telle intrusion sans protection sanitaire dans l'élevage met en danger la vie des animaux», a réagi le groupe familial créé en 1905, ajoutant que «l'intrusion a eu lieu sans échanges avec l'éleveur, de nuit, en son absence, sans qu'il puisse donner aucune explication sur son métier».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Temps que ça s'arrete le 25.05.2019 23:27 Report dénoncer ce commentaire

    En même temps, il serait venu "sur RDV" on ne lui aurait rien montré de tout ça. L'agriculture intensive, que ce soit animale ou végétale est un fléau. Les engrais synthétiques au polonium (cancer), les pesticides (cancer again), la maltraitance animale, l'exces d'antibiotiques (resistance des maladies)... Non, l'agriculture ne doit plus être subventionnée, nos impôts ne doivent pas aider cette folie. Les "agriculteurs" d'aujourd'hui n'ont aucune estime pour la nature qui les nourrit.

  • minou le 26.05.2019 05:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est ne pas que en France, mais partout! Et pas que les cochons, mais aussi des poules et d’autre élevage pour la viande! Cette surconsommation que demande plus en plus d’élevage et les barquettes qui finissent a la poubelle après quelques jours... nos grandes-mere et grands- pères ont mangé 2 fois par semaine de la viande de leur propre élevage en plein d’air... aujourd’hui la viande est présente a table dans des pays développé matin, midi et soir... résultat - les hôpitaux sont pleins!

  • lola le 25.05.2019 22:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toutes ces pratiques barbares doivent disparaître idem pour les poules et les veaux c'est scandaleux.

Les derniers commentaires

  • Lili le 27.05.2019 15:23 Report dénoncer ce commentaire

    Non mais serieux????? «Une telle intrusion sans protection sanitaire dans l'élevage met en danger la vie des animaux»

  • Peace & Love le 26.05.2019 15:22 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne regarde pas ces images, trop dur pour moi. C'est à nos dirigeants de prendre des mesures ! Nous avons besoin d'une société qui évolue, et pas de ces méthodes barbares au nom de la rentabilité !

  • Léon le 26.05.2019 12:37 Report dénoncer ce commentaire

    Merci,je n’achète plus de produits Michon.

  • Antho le 26.05.2019 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    Tant qu’on consommera de la viande issue de production industrielle, le malheur des animaux d’elevage ne cessera jamais .. On arretera cette barbarerie en eduquant nos enfants differement et en essayant d’acheter au maximum les pdoduits locaux.. les animaux ne meritent pas de souffrir autant...

  • Nathielux le 26.05.2019 10:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Stop il est temps que cela cesse.... mais c’est aux consommateurs de ne plus acheter cette viande industrielle et pas chère. Mais tout le monde n a pas les moyens d acheter des légumes et de la viande de bonne qualité tout le temps donc....... Il y a 30 ans ceux qui mangeait des légumes et de la viande produit à la maison on disait que c était des « bauer » ou des pauvres. Et aujourd’hui c est exactement le contraire, les pauvres achètent de l industriel et les plus aisées achètent du local ou en direct du producteur. A méditer