En France

30 avril 2019 18:21; Act: 30.04.2019 18:21 Print

Vincent Lambert pourra mettre fin à son agonie

La justice européenne a rejeté la requête des parents qui s'opposaient à l'arrêt des soins de leur fils, dans un état végétatif depuis dix ans.

storybild

Vincent Lambert, ancien infirmier psychiatrique de 42 ans, est en état végétatif à la suite d'un accident de la route en 2008. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Plus rien ou presque ne devrait s'opposer à la volonté de Vincent Lambert de mettre fin à son agonie. La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a rejeté mardi la requête de ses parents contre l'arrêt du Conseil d'Etat qui avait validé la semaine dernière la décision d'arrêter les soins de leur fils, dans un état végétatif depuis 10 ans.

La CEDH a «refusé les demandes de mesures provisoires qui lui ont été présentées. Les parents auraient voulu que soit suspendue l'exécution de l'arrêt du Conseil d'Etat du 24 avril 2019 et qu'une interdiction de sortie du territoire soit prononcée à l'intention de Vincent Lambert», a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Condamné à mort pour 5e fois

Vincent Lambert, ancien infirmier psychiatrique de 42 ans, en état végétatif à la suite d'un accident de la route en 2008, souffre de lésions cérébrales «irréversibles», selon les médecins. «Si nous ne pouvons que déplorer cette décision de la CEDH qui condamne Vincent Lambert à mort pour la 5e fois, c'est du CIDPH que nous attendons aujourd'hui et principalement que les droits de Vincent Lambert soient enfin défendus», ont réagi dans un communiqué ses parents, son demi-frère et sa soeur.

Après la validation de la décision médicale d'arrêter les soins par le Conseil d'Etat le 24 avril, ces derniers avaient saisi la CEDH et le Comité international de protection des droits des personnes handicapées (CIDPH) de l'ONU, ultimes recours d'une bataille judiciaire qui dure depuis plus de six ans. Déjà saisie en 2015, la CEDH avait validé l'arrêt des soins dans un arrêt de grande chambre.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tristounet le 30.04.2019 18:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est certes très compliqué d’accepter et de cautionner la mort de son enfant, quelle que soit son âge et les circonstances. Mais n’est il pas égoïste de vouloir s’acharner coûte que coûte à vouloir garder en vie ce garçon pour qui la vie ressemble à celle d’une plante dans un lit d’hôpital? Il va falloir beaucoup de courage à ces parents, mais je pense que la décision prise est sans nul doute la meilleure si pas pour eux en tout cas pour lui!!! Courage à cette famille, balayez vos différents et unissez vous dans cette épreuve, vous en sortirez grandis. Cette décision est sans doute très compliquée pour tous, mais je veux croire qu’elle a été prise avec amour.

  • Fairytale le 30.04.2019 20:12 Report dénoncer ce commentaire

    Comment peut-on imposer un tel calvaire à son enfant et parler d'amour ? Il est temps que ce pauvre garçon trouve la paix

  • winne2 le 01.05.2019 07:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est malheureux que l’on ne respecte pas ses souhaits. Il a toujours exprimé, sa volonté de ne pas vivre comme cela. La bataille de sa femme et la vie de ses enfants.... jamais il aurait voulu cela! Il aurait préféré que l’on fasse don de ses organes ! Ce n’est pas de l’amour parental c’est de l’égoïsme.

Les derniers commentaires

  • monie le 02.05.2019 10:09 Report dénoncer ce commentaire

    que on le laisse partir en paix c'etait son choix de son vivant

  • james le 01.05.2019 13:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une Emirati de 59 ans viens de se réveiller après 27 ans de coma. Qui aurait pu le prédire ? Aurait-il fallu la débrancher au bout de 5 ou 10 ans ? Je me garderais bien de donner un avis sur ce qu’il serait préférable de faire dans le cas cet homme. Je ne peux que compatir à la douleur de cette famille.

  • Jean II le 01.05.2019 12:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait que de son vivant et en étant bien de corps et d'esprit , chaque personne choisisse par écrit en cas de grave maladie ou d'accident , pas d' acharnement thérapeutique . Que la personne décide elle même de mourrir .

  • winne2 le 01.05.2019 07:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est malheureux que l’on ne respecte pas ses souhaits. Il a toujours exprimé, sa volonté de ne pas vivre comme cela. La bataille de sa femme et la vie de ses enfants.... jamais il aurait voulu cela! Il aurait préféré que l’on fasse don de ses organes ! Ce n’est pas de l’amour parental c’est de l’égoïsme.

  • léa le 01.05.2019 02:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut beaucoup de courage et de dignité le jour "J" !!! Il est temps qu'il trouve la paix aussi douloureux soit de le débranchement.