En France

14 janvier 2020 11:19; Act: 14.01.2020 11:31 Print

Viré pour une sieste, il attaque son employeur

Un agent d'entretien a été licencié après le post d'une photo de lui, prise à son insu, pendant sa pause en 2018. L'homme a décidé d'attaquer son employeur.

Sur ce sujet
Une faute?

Qui dit pause, dit repos. Pourtant l'arrêt d'Adama Cissé, agent d'entretien de l'entreprise Derichebourg, ne s'est pas bien finie. L'employé parisien s'est allongé sur le rebord d'une vitrine le temps de sa pause, le 12 septembre 2018. Une image qui a été capturée par une passante, mentionnant les médias de la capitale avec pour légende: «Voilà à quoi servent les impôts locaux des Parisiens à payer les agents de propreté à roupiller, on comprend pourquoi Paris est si dégueulasse». Bien que peu partagée, l'image avait eu l'effet d'une bombe pour celui qui était en CDI depuis 2015. Son employeur l'a licencié pour «faute grave», le 11 octobre 2018.

Ce mardi, l’affaire va se régler aux prud’hommes. Adama Cissé a expliqué à BFM que son équipe était en avance et que le chauffeur a donc décidé de faire une pause en précisant que «c'est lui qui décide quand on repart». Il a précisé que le jour où la photo a été prise, la tournée a été finie «à l'heure». Quant aux chaussures enlevées, il s'agit des suites d'une fracture mal consolidée, qui le fait souffrir.

Le Parisien a rendu publique quelques extraits de sa lettre de licenciement, dans laquelle l'employeur l'accuse d'avoir «été vu allongé sur le rebord d'une vitrine d'un commerce» et d'avoir «quitté (ses) chaussures de sécurité» estimant que «cette attitude révèle (sa) volonté de (s')assoupir durant (son) service». La Ville de Paris aurait fait une réclamation auprès de l'entreprise de nettoyage. De son côté, la société a insisté sur le règlement: «Le comportement doit être exemplaire sous peine de sanctions». L'audience se tient ce mardi, à Créteil, dans le sud-est de Paris.

(mm/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • pep le 14.01.2020 12:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La pause c’est fait pour faire une pause!!! Il y tellement de lois normes et règlements que tout prête à discussion dans nos sociétés Dans bien des pays cela n’aurait même pas attiré l’attention Je ne vois pas en quoi son attitude est choquante il se repose durant la pause et alors?

  • john le 14.01.2020 12:50 Report dénoncer ce commentaire

    la délation est de retour... Lamentable dans un tel cas de figure. Elle aurait pu masquer le visage du gars. A-t-elle calculé combien de temps il est resté allongé? Si ça se trouve, quelques minutes à peine. Peut etre pendant sa pause déjeuner. Et évidemment, sous couvert d'anonymat car trop lache, elle réussit à faire virer un gars. Il va gagner gros aux prudhommes à cause (ou grace) à elle. D'une certaine manière ses impots vont lui payer ses indemnités.

  • jo fan le 14.01.2020 12:03 Report dénoncer ce commentaire

    cette femme qui a pri la photo doit etre poursuivie

Les derniers commentaires

  • Fatigué le 15.01.2020 11:18 Report dénoncer ce commentaire

    Aha, ici ils dorment planqués à l’arrière du camion

  • PauseCafé le 15.01.2020 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    Et la femme a-t-elle été poursuivie? Qu'elle se mêle de ses propres affaires avant de juger d'autres personnes! Franchement, tout ce qu'elle voulait avoir c'est d'avoir des 'likes' sur FB/Twitter & Co...

  • Alain le 15.01.2020 08:35 Report dénoncer ce commentaire

    Et si les salles de repos et les siestes aménagées sur le temps de pause en journée étaient un des leviers contre les maux du travail, à l'heure où on a des articles sur la dépression et les dépenses santés qui augmentent ... Je dit bien un des leviers, pas la solution. Au lieu de manger un sandwich devant le PC pour repartir à 16h stresser dans les bouchons et arriver exténués à la maison d'avoir été tendu en continu toute la journée.

  • relax le 15.01.2020 08:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La seule faute c est cette dame qui a pris la photo sans accord et le patrons qui a licencié ce pauvre homme au repos donc le patron et cette femme doivent payer

  • Alco le 15.01.2020 08:23 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle est l'image que renvoie cet homme de son entreprise ?