Affaire Grégory

13 septembre 2017 16:08; Act: 13.09.2017 17:00 Print

«Marcel Jacob n’a pas été entendu en trois mois»

VOSGES - L’avocat du mis en examen dans l’affaire du petit Grégory réclame que la justice accélère pour démontrer l’innocence de son client.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

«Mon client va mal», a indiqué Stéphane Giuranna, l’avocat de Marcel Jacob, mis en examen et placé sous contrôle judiciaire dans l’affaire du petit Grégory, retrouvé mort en 1986 dans les Vosges. «La justice doit accélérer la procédure. On ne va pas attendre, des mois des mois et des années parce qu’il sera trop tard», poursuit le défenseur de l’homme âgé de 72 ans. «Vous savez qu’il y a eu une nouvelle victime dans l’affaire cet été, je ne souhaite pas que Marcel Jacob soit la prochaine», a-t-il indiqué, faisant directement référence au suicide du juge Jean-Michel Lambert le 11 juillet dernier.

«Nous n'avons pas avancé d'un millimètre. La présidente de la chambre d'instruction, en trois mois, n'a pas entendu Marcel Jacob, ne l'a confronté avec personne», poursuit l'avocat. «En 33 ans d’enquête, on n’a pas trouvé la moindre charge contre Marcel Jacob et on l’a arraché à sa vie, à 72 ans. Trois mois après on l’oublie».

«Cette affaire finira par un non-lieu»

«Pourquoi la justice l’oublie? Parce que cette affaire finira par un non-lieu, il ne se passera rien. Maintenant qu’on a ouvert la boîte de Pandore, la justice ne peut pas la refermer parce qu’on dirait "tout ça pour ça"», conclut l’avocat qui rappelle que le contrôle judiciaire était une mesure difficile à supporter pour son client, tenu éloigné de sa maison «pour laquelle il a travaillé toute sa vie».

Dans cette affaire, trois personnes sont aujourd’hui dans le viseur de la justice. Le grand-oncle et la grand-tante de Grégory, Marcel et Jacqueline Jacob, ont été mis en examen le 16 juin pour enlèvement et séquestration de mineur suivis de mort tout comme Murielle Bolle, belle-sœur de Bernard Laroche, le 29 juin. Tous trois ont été remis en liberté et placés sous contrôle judiciaire.

(MC/L'essentiel)