BODYPAINTING

27 juillet 2012 17:10; Act: 28.07.2012 18:33 Print

Quand les corps deviennent œuvres d'art

LOSHEIM - Dimanche, douze bodypainters pratiqueront leur art lors du festival «World Art Connect». On y retrouvera la Luxembourgeoise Lynn Schockmel.

  • par e-mail

Avec leur aérographe, leur pinceau et leur éponge, les bodypainters s’en donneront à cœur joie ce dimanche à Losheim dans la Sarre. Le «World Art Connect» réunira douze des meilleurs peintres du monde sur une même scène. La Luxembourgeoise Lynn Schockmel en fait partie.

Véritable plaisir pour les yeux de tous les photographes, ce festival installé au bord du lac est une vitrine pour l'artiste. Enseignante de profession, elle a commencé à peindre le visage des enfants et cela lui a plu. En fait, c'est de là qu'est né son intérêt pour le bodypainting. Elle a alors décidé de prendre des cours. Cela fait maintenant quatre ans qu’elle essaye de vivre de son art. Cette artiste de 28 ans peint aussi bien le corps d'une femme enceinte que des personnes qui veulent surprendre leur copain avec une «fausse fourrure» de tigre.

À Losheim, Lynn peindra le corps d’un modèle avec lequel elle a déjà travaillé. «Une alchimie doit se créer entre le peintre et le modèle. Lorsque vous peignez, non seulement vous avez le plaisir de le faire mais en plus, vous pouvez discuter avec la personne. Et il faut aussi de la patience», affirme Lynn. La bodypainteuse préfère travailler avec une femme parce qu’elle se sent plus à l’aise. Mais ce n’est pas seulement Lynn qui doit se préparer. Son modèle doit aussi le faire car dimanche soir, il défilera sur un podium.

(Sarah Brock/af/L'essentiel Online)