Centrale de Cattenom

11 novembre 2014 19:04; Act: 11.11.2014 20:43 Print

EDF porte plainte après un nouveau survol de drone

CATTENOM - La direction de la centrale nucléaire a déposé plainte auprès de la gendarmerie de Hettange-Grande ce mardi, suite à un nouveau survol par un drone dans la nuit de lundi à mardi.

storybild

Le survol des centrales nucélaires françaises continue. Dans la nuit de lundi à mardi, un drone est passé au-dessus de celle de Cattenom. (photo: AFP)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

EDF a annoncé ce mardi avoir porté plainte pour des survols interdits de la centrale de Cattenom. Deux activités illégales ont en effet été observées au-dessus du site nucléaire. Le 14 octobre, les équipes de surveillance avaient détecté la présence d'un aéronef assimilable à un drone. Dans la nuit du lundi 10 au mardi 11 novembre, un autre survol a été identifié. Une plainte a donc été déposée auprès de la gendarmerie de Hettange-Grande.

Dans le cas du premier vol, la direction de la centrale lorraine avait indiqué que l'incident n'avait eu aucune «conséquence sur la sûreté ni le fonctionnement des installations». Mais l'organisme a suivi la procédure, qui consiste donc à porter plainte et à alerter les pouvoirs publics.

Des vols pas encore identifiés

En France, depuis début octobre, près d'une vingtaine de vols de drones ont été signalés au-dessus ou aux abords de centrales nucléaires. Mais le mystère plane toujours sur les auteurs de ces faits. L'arrestation, il y a cinq jours, de deux hommes «passionnés de modélisme», s'était finalement avérée être une fausse piste.

Pourtant la loi est claire, le survol des centrales nucléaires françaises est interdit dans un périmètre de cinq kilomètres et de 1 000 mètres d'altitude autour des sites. Il est passible d'un an d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.

(L'essentiel)