Centrale nucléaire

07 octobre 2010 14:31; Act: 10.10.2010 17:42 Print

2,4 milliards pour Cattenom

Électricité de France (EdF) va investir au cours des 20 prochaines années 2,4 milliards d'euros dans la centrale nucléaire de Cattenom pour prolonger son fonctionnement.

storybild

La centrale de Cattenom a produit 34 000 milliards de watts en 2009. (AFP)

Sur ce sujet

«Vingt ans après sa mise en service (entre 1986 et 1991, ndlr), Cattenom possède un bon niveau de sûreté et de performance, les deux dernières visites décennales l'ont démontré», a affirmé jeudi le directeur de la centrale, Stéphane Dupré-la-Tour, devant des journalistes. «Le groupe EdF a aujourd'hui l'ambition de faire fonctionner cette centrale au-delà de 40 ans, aucun obstacle technique ne s'y opposant», a-t-il poursuivi. «Cela se formalisera lors de la troisième visite décennale de chacune des (quatre, ndlr) unités de production», entre 2016 et 2022, «par la préparation d'un dossier de prolongation de l'exploitation», a-t-il précisé.

Ce «programme pluriannuel patrimonial» doit servir de «modèle» aux autres centrales à eau pressurisée de 1 300 mégawatts (MW) du parc nucléaire français pour lesquelles EdF envisage de poursuivre l'exploitation au-delà de 40 ans, a encore dit M. Dupré-la-Tour.

7e centrale du monde

À Cattenom, 7e centrale au monde par sa puissance installée (5.200 MW) et 2e en France par sa production (34 000 milliards de watts en 2009, soit 8% de la production d'EdF), les investissements annoncés serviront à «moderniser la salle de commandes, les alternateurs et les générateurs de vapeur», a précisé le directeur du site. «Les cuves contenant les barres radioactives, les bâtiments-réacteur et les enceintes de confinement» ne seraient pas concernés puisqu'«en parfaite santé», selon lui.

Le 17 septembre, un millier d'antinucléaires allemands, luxembourgeois et français rassemblés à Perl (Allemagne) avaient exigé l'arrêt de la centrale lorraine qui, selon eux, est «une bombe à retardement en Europe» en raison des «incidents préoccupants qui s'y produisent». Au total, 710 incidents et événements «significatifs» ont été recensés à Cattenom par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) entre 1986, année de la mise en service de la première tranche, et 2006, avaient alors affirmé des responsables d'un comité «Non à Cattenom».

lessentiel.lu avec AFP