Figure de la résistance

04 septembre 2014 20:06; Act: 04.09.2014 20:15 Print

Valls rend hommage à Suzanne Kricq

LORRAINE - Le Premier ministre français a rendu jeudi à Toul un hommage à la résistante Suzanne Kricq, fusillée le 3 juin 1944 par les Allemands, et à qui les historiens attribuent le sauvetage de plus de 2 500 personnes.

storybild

Le premier ministre a assisté à une cérémonie d'hommage en présence de centaines d'écoliers et de collégiens de Toul. (photo: AFP)

Une faute?

«2 541, c'est le nombre de personnes que Suzanne Kricq a sauvées entre 1940 et 1944. Des Français voulant échapper au STO, des Résistants recherchés, des pilotes britanniques ou américains ainsi que des familles juives», a détaillé le premier ministre à l'issue d'une cérémonie d'hommage en présence de centaines d'écoliers et de collégiens de Toul. Lors de la défaite de 1940, l'infirmière avait décidé de rester dans sa ville natale de Toul pour secourir les populations locales et les exilés qui fuyaient les territoires occupés. Par la suite, elle avait également hébergé des familles juives dans son appartement à Nancy.

«On ne le dit pas assez, on l'écrit trop peu, les femmes ont participé pleinement à la Résistance. Elle ne furent pas seulement des agents de liaison, elles furent combattantes», a insisté Manuel Valls, qui assistait à la cérémonie d'hommage avec la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem.

Sous le nom de Regina, Suzanne Kricq était devenue agent de renseignements en se faisant passer officiellement pour cartomancienne, une activité qui lui avait permis de rencontrer de nombreuses personnes sans éveiller de soupçons. Surnommée «La panthère» par ses compagnons de Résistance, elle avait échappé à de nombreuses arrestations allemandes, avant d'être fusillée le 3 juin 1944 à quelques centaines de mètres de la frontière suisse, où elle se rendait pour transmettre des renseignements sur le Débarquement imminent. Après avoir été décorée à titre posthume par les autorités françaises, britanniques et américaines, la résistante doit prochainement donner son nom à un ensemble de sa ville natale.

(L'essentiel/ afp)