Flux de travailleurs

07 juin 2016 08:41; Act: 07.06.2016 09:31 Print

219 000 frontaliers dans la Grande Région

GRANDE RÉGION - Le nombre de travailleurs frontaliers augmente chaque année. Au total, 219 123 personnes franchissent une frontière tous les jours pour aller travailler.

storybild

Le flux de travailleurs grossit chaque jour, provoquant de nombreux embouteillages sur les autoroutes transfrontalières. (photo: Cita)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Le nombre de frontaliers a atteint un nouveau record, selon l'Observatoire interrégional du marché de l'emploi (OIE). Actuellement, 219 123 personnes franchissent quotidiennement une frontière dans la Grande Région pour aller travailler, a-t-il indiqué mardi. Sans surprise, le Luxembourg est le pays le plus attractif, il est la destination des trois quarts de ces travailleurs (166 786).

La plus grande part des frontaliers sont des français (83 031), devant les Allemands (41 988). Ces derniers devancent pour la première fois les Belges (41 749). L'attractivité du Grand-Duché ne se dément pas. «En comparaison avec les années précédentes, l'augmentation constatée en 2015 est conséquente».

L'OIE a également compté 22 787 travailleurs qui se rendent chaque jour en Allemagne pour travailler. Pour la plupart, il s'agit de Français. Il y a aussi 216 Luxembourgeois qui viennent travailler en Allemagne, et 402 en Belgique.

(sen/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean le 07.06.2016 09:16 Report dénoncer ce commentaire

    On vient mais il nous faut de plus en plus de courage. Combien de temps cela va t il être encore intéréssant vu le temps que l'on passe sur les routes pour rejoindre notre travail. Personnelement je passe en moyenne 1h30 chaque matin et 1h15 chaque soir en plus de mes minimum 8h. Quand est ce que le luxembourg compte decentraliser, le pays pourrait eclater le travail au 4 coins du pays pour rendre les transports plus facile.

  • justme le 07.06.2016 11:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @DRVB: faut reflechir un peu, si tous les frontaliers venaient vivre au Luxembourg tu crois que le prix de l immobilier va baisser? Si la demande est plus forte que l' offre que font les prix??? Oui ils montent c est bien... Et si c est l inverse ils baissent... Ca coule de source

  • Maître Gims Avocat à la Cour le 07.06.2016 15:20 Report dénoncer ce commentaire

    La situation sur les routes est devenue totalement invivable. Pour faire 25 kilomètres il faut désormais compter 1h20 tous les matins. La Z.I de Contern et Sandweiler sont de gros points noirs et personne n'a l'air de s'en soucier.

Les derniers commentaires

  • moustik57 le 10.06.2016 07:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je n'arrive pas à comprendre les gens qui râle pour allé travailler au lux..si vous être pas content reste en France..quand je vois qu'il y a plus de la moitié qui ne font pas de covoiturage et qui ne prenne pas le 300..je pose des questions..Moi aussi j'ai bossé au lux pendant 10ans c'est la route qui ma gonflé..maintenant c'est votre choix..alors arrêt de vous plaindre il y a des gens qui on pas votre chance!!!!

  • L'Insolent Sceptique le 08.06.2016 19:02 Report dénoncer ce commentaire

    Pauvres lorrains, bénissez la chance que vous avez d'avoir des pays voisins plus dynamiques qui permettent de compenser partiellement le manque d'attractivité de votre région

  • Luc le 08.06.2016 11:25 Report dénoncer ce commentaire

    Si les transports en commun étaient à la fois plus rapides et moins cher que la voiture, et, desservaient bien les diverses zones d'activités autour de Lux-Ville, je suis sûr que certains délaisseraient leur automobile. Il faut donc créer un réseau de bus transfrontaliers sur des voies réservées à cet usage, avec beaucoup de rotations aux heures de pointes.

  • moi le 07.06.2016 21:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand je passe la frontière je tombe sur des bouchons aussi

  • vindulux le 07.06.2016 15:37 Report dénoncer ce commentaire

    Et nous ns sommes toujours pas capable de leurs offrir des voies de circulations (routes, autoroutes trains, bus, pistes cyclable, parking…) pour venir chez nous sans subir les bouchons et les annulations et retards de trains.

    • Ludo le 08.06.2016 07:44 Report dénoncer ce commentaire

      Les cyclistes ne se servent que tres peu des pistes cyclables, ils preferent les trottoirs (la loi du plus fort). Sur les routes, peu de frontaliers s organisent pas pour du co-voiturage. Les villes frontalieres ne mettent pas de parking decents a cote de leurs gares... etc etc. La critique du Luxembourg est facile, mais regardez les sources du problemes. Les frontaliers sont bien contents de l argent qu ils economisent en habitant a l etranger, mais le beurre et l argent du beurre c est complique.