France/Grand Est

19 décembre 2017 11:44; Act: 19.12.2017 14:46 Print

Retour inquiétant de la cocaïne et de l'héroïne

GRAND EST - Selon une étude, la cocaïne et l'héroïne font une percée dans certaines régions de France. Metz, Thionville et d'autres territoires du Grand Est sont concernés.

storybild

Plusieurs territoires sont ciblés dans le Grand Est: «Les grandes agglomérations Nancy, Metz, Thionville, Épinal, mais également les communes rurales comme Boulay, Sarrebourg, le Bassin Houiller...». (photo: AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet

Désormais plus «pure», la cocaïne venue des Antilles et de Guyane, séduit un public hétéroclite qui va des «personnes insérées» aux précaires, en passant par les fêtards, relève l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) dans son étude sur les Tendances récentes et nouvelles drogues, dite «Trend». Et plusieurs territoires sont ciblés dans le Grand Est: «Les grandes agglomérations Nancy, Metz, Thionville, Épinal, mais également les communes rurales comme Boulay, Sarrebourg, le Bassin Houiller...».

«L'augmentation des consommations s'est poursuivie tout au long de l'année 2016», indique l'OFDT. Et les occasions pour la consommer se multiplient: dans des «fêtes» mais aussi, fait nouveau, aux «apéros» ou dans des «cadres non festifs». Metz est concernée au même titre que Bordeaux, Lille ou Rennes. Autre tendance notable: celle de la poussée de l'héroïne, «dont la consommation a émergé en France à la fin des années 60». «L'héroïne doit être surveillée avec une extrême attention», rapporte Michel Gandilhon, chargé d'études à l'OFDT.

Dans une note, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) s'est inquiétée d'une hausse des hospitalisations en urgence pour des «symptômes cardiovasculaires, neurologiques, psychiatriques, convulsions ou comas...».

(NC/L'essentiel/AFP)