Déchets nucléaires en Lorraine

23 février 2018 14:33; Act: 23.02.2018 15:27 Print

Les opposants à Bure refusent la concertation

BURE - Les opposants au projet d'enfouissement des déchets nucléaires ont boycotté une réunion, vendredi, avec le secrétaire d'État à la Transition écologique.

storybild

Le secrétaire d'État à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, s'est dit «toujours disponible» pour les associations d'opposants au projet d'enfouissement des déchets nucléaires. (photo: AFP/Jean-christophe Verhaegen)

Sur ce sujet

«Tant que j'aurai la responsabilité de ce dossier, je serai complètement attentif à être disponible à ces opposants», a dit le secrétaire d'État à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, lors d'un déplacement à Bure pour rencontrer des élus locaux. «Un certain nombre d'associations, qui ont fait la chaise vide, ont néanmoins accepté un rendez-vous avec moi au ministère dans les dix jours qui viennent», a-t-il affirmé.

«On refuse de le rencontrer de façon unanime. On n'a plus rien à lui dire dans cette situation-là», avait expliqué jeudi Jean-Marc Fleury, président de l'association des élus opposés au projet Cigéo. «Quand on expulse des jeunes du bois Lejuc, on nous expulse nous aussi», avait-il ajouté, refusant de faire la distinction entre les formes d'opposition.

«On ne va pas en faire un fromage»

Le bois Lejuc, épicentre de la contestation au projet d'enfouissement des déchets nucléaires Cigéo à Bure, a été évacué jeudi par 500 gendarmes. Selon un opposant qui se fait appeler Sylvain, «au moins huit personnes cette nuit ont dormi dans le bois et occupent (vendredi) des plateformes surélevées». Le général Bruno Jockers, commandant de la gendarmerie du Grand Est, a reconnu que «trois opposants se sont infiltrés dans la nuit (sur le site) et deux ont grimpé dans les branches».

«On va les ramener au sol en toute sécurité, on va prendre le temps», a-t-il précisé. «Que des opposants rentrent dans un bois, pas sur la phase stratégique d'un projet, et montent dans un arbre, on ne va pas en faire un fromage», a réagi M. Lecornu. «Il n'y aura pas d'installation de Zad nouvelle dans ce pays», a-t-il assuré.

Jugés «sous X»

Sur les sept opposants interpellés jeudi lors de l'évacuation du bois Lejuc et lors d'une perquisition à la Maison de résistance à Bure, une personne était toujours entendue et une personne a été relâchée, à la mi-journée, selon le procureur de Bar-le-Duc, Olivier Glady.

Deux hommes d'une vingtaine d'années et une femme de 60 ans seront convoqués devant le tribunal correctionnel, le 12 juin, pour outrages et/ou rébellion sur agent dépositaire de l'autorité publique. Un trentenaire et une femme d'environ 25 ans, qui ont refusé de décliner leur identité, seront jugés «sous X» en comparution immédiate, vendredi après-midi.

(L'essentiel/afp)