Municipales à Thionville

17 avril 2015 14:33; Act: 17.04.2015 15:39 Print

Le Conseil d'État annule l'élection d'Anne Grommerch

THIONVILLE - Ce vendredi, le Conseil d’État a fait savoir dans un communiqué qu'il invalidait les élections municipales de mars 2014.

storybild

Le préfet de Moselle fixera ces prochains jours la date de nouvelles élections, qui pourraient avoir lieu en juin. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Dans un communiqué, vendredi après-midi, le Conseil d’État a assuré qu'il «constate que le tract distribué le vendredi précédant les élections municipales de Thionville a lancé une nouvelle polémique sur un projet de fermeture de la mosquée existante et que le maire sortant n’a pas eu le temps d’y répondre utilement». L'instance «estime que cette irrégularité a affecté la sincérité du scrutin» et «annule, par conséquent, les élections municipales» de Thionville de mars 2014.

«Cette décision démontre que ce recours n'était pas celui d'un mauvais perdant, mais bien celui d'une équipe choquée par les méthodes d'Anne Grommerch», a réagi Bertrand Mertz, contacté par L'essentiel. Selon lui, qui a été maire de Thionville entre 2008 et 2014, «une nouvelle campagne va commencer bientôt». Le préfet de Moselle fixera ces prochains jours la date de nouvelles élections municipales, qui pourraient avoir lieu en juin.

Une commission va assurer la gestion de la ville

«Je prends acte de la décision du Conseil d’État, qui va dans le sens de l'avis du rapporteur. J'ai beaucoup de regrets pour la ville et les Thionvillois. Et c'est beaucoup de temps et d'argent perdus» explique Anne Grommerch à L'essentiel. Elle-aussi se dit prête pour une nouvelle campagne électorale, dans la continuité des dernières élections départementales. En attendant la nouvelle élection, probablement en juin donc, Thionville sera «géré» par une commission spéciale de sept personnes (car plus de 35 000 habitants) qui seront désignées sous huit jours par le préfet de Moselle.

Anne Grommerch (UMP) avait battu son rival de gauche avec seulement 77 voix d'écart au second tour des élections, le 30 mars 2014. Débouté en octobre par le tribunal administratif de Strasbourg, Bertrand Mertz dénonçait notamment la distribution d'un tract de soutien à Mme Grommerch par le biais d'une association musulmane dénommée Salam, présidée par un des proches soutiens de l'actuelle maire de Thionville. C'est ce grief qu'a retenu vendredi le Conseil d’État pour annuler finalement ces élections municipales de Thionville et mettre fin à plus d'un an de procédure.

(Nicolas Chauty/L'essentiel)