Grande Région

26 novembre 2017 11:52; Act: 27.11.2017 13:13 Print

Le stockage des déchets radioactifs passé au crible

BURE - Dans la Meuse, les ouvriers du futur centre d'enfouissement de déchets nucléaires doivent prévoir ce que deviendront les rebuts les plus radioactifs d'ici à 400 000 ans.

storybild

Autour du site, la gendarmerie patrouille sans relâche. Le projet Cigéo est régulièrement contesté par des militants opposés à son développement. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Dans un tunnel, des engins de chantier évacuent à tour de rôle des gravats. Un tunnelier creuse dans un nuage de poussière la roche pour agrandir ce laboratoire, construit pour expérimenter les conditions d'exploitation du futur centre industriel de stockage géologique (Cigéo). Au milieu de plaines vallonnées entre Meuse et Haute-Marne, entre les communes de Bure et Mandres-en-Barrois, le site, dont la phase pilote doit démarrer en 2025, doit accueillir tous les déchets de haute et moyenne activité à vie longue du parc nucléaire français.

Casque sur la tête, ceinture de survie avec réserve d'oxygène à la taille, des hommes s'affairent autour d'une alvéole creusée dans la paroi d'une galerie souterraine de 8 mètres de diamètre. Un ascenseur, fermé par une lourde porte, met 7 minutes pour descendre les équipes sous terre à intervalles réguliers. Quatre chambres de refuge, pouvant accueillir 14 personnes, ont été aménagées à des endroits stratégiques en cas d'incendie ou de coupure de ventilation.

99,9% de la radioactivité

Le confinement profond doit permettre «de se mettre à l'abri du danger de ces déchets pour des milliers d'années, ce qui peut donner le vertige», dit Mathieu Saint-Louis, porte-parole de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), chargée de la conception du projet Cigéo. Issus essentiellement de combustibles des réacteurs nucléaires, les déchets devant être stockés représentent 3,2% du volume total des résidus radioactifs, mais ils concentrent à eux seuls 99,9% de la radioactivité.

Parmi eux, quelque 40 000 fûts de déchets coulés dans du bitume, soit 18% du stockage total, doivent être entreposés. La Commission d'évaluation des recherches sur les déchets nucléaires radioactifs (CNE) a recommandé, jeudi, une expertise scientifique internationale «assez urgemment» sur leur enfouissement. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui doit rendre son rapport définitif sur Cigéo prochainement, a aussi pointé le cas épineux de ces rebuts bitumineux qui peuvent réagir en cas d'élévation de la température.

Impact «négligeable» à l'air libre

«Toute la motivation de ce projet vient d'un choix de responsabilité: on a produit ces déchets, maintenant il faut trouver une solution pour les faire disparaître», souligne M. Saint-Louis. Le cahier des charges prévoit une réversibilité pendant cent ans, afin de «proposer une solution aux générations futures qui pourront décider de fermer le stockage», précise-il. Près de deux milliards d'euros ont déjà été dépensés sur les 25 milliards d'euros alloués au projet sur une période de 140 ans.

Acheminés dans les entrailles de la terre avec un funiculaire, les fûts de déchets, glissés dans un conteneur métallique, seront entreposés dans la zone de stockage, vaste de 15 km². Les plus dangereux seront introduits dans des alvéoles courant sur 100 m dans la roche argileuse. Dans ce dédale de 1,8 km de galeries, dans un brouhaha permanent, des fils colorés pénètrent dans les parois en plus de 10 000 points pour relever température, pression, déformation...

Tout est étroitement surveillé: comportement de la roche et techniques de creusement sont observés en permanence. Avec l'érosion naturelle, la radioactivité s'échappera inexorablement des «colis»: au plus tard dans 400 000 ans, au plus tôt dans 100 000 ans. «La roche immobilisera les éléments radioactifs et ralentira ceux qui se déplaceront dans la roche (afin qu'ils aient) perdu la majeure partie de la radioactivité», quand ils atteindront l'air libre et leur impact sera alors négligeable, glisse M. Saint-Louis.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Politique vs éthique le 27.11.2017 12:40 Report dénoncer ce commentaire

    Pouvoirs et décadences! Le fric rt l'élec tout de suite, le reste on verra si on a le temps!... Les générations futures, s'ils survivent à l'extinction de masse jamais égalée en cours, auront une bien piètre image de leurs aïeux...et ils auront raison! Je me demande comment des êtres humains "modernes" (donc censés être intelligents, cultivés et courant de l'Etat de leur planète) peuvent encore nous imaginer des solutions à 400.000 ans! Quelle ineptie! Quel manque de recul, manque d'analyse et manque de respect! Non franchement, ils nous haïront pour de vraies bonnes raisons, nos enfants!

  • moui le 27.11.2017 16:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon beaucoup qui ont juste vu le titre de l’article vont commenter que c’est nul/inacceptable/scandaleux/inadmissible. La plus grande force provoqué par le nucléaire n’est pas la radioactivité mais l’absence de réflexion sur le sujet...

  • NextGen le 26.11.2017 22:12 Report dénoncer ce commentaire

    C'est tout simplement scandaleux !

Les derniers commentaires

  • moui le 27.11.2017 16:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon beaucoup qui ont juste vu le titre de l’article vont commenter que c’est nul/inacceptable/scandaleux/inadmissible. La plus grande force provoqué par le nucléaire n’est pas la radioactivité mais l’absence de réflexion sur le sujet...

  • Politique vs éthique le 27.11.2017 12:40 Report dénoncer ce commentaire

    Pouvoirs et décadences! Le fric rt l'élec tout de suite, le reste on verra si on a le temps!... Les générations futures, s'ils survivent à l'extinction de masse jamais égalée en cours, auront une bien piètre image de leurs aïeux...et ils auront raison! Je me demande comment des êtres humains "modernes" (donc censés être intelligents, cultivés et courant de l'Etat de leur planète) peuvent encore nous imaginer des solutions à 400.000 ans! Quelle ineptie! Quel manque de recul, manque d'analyse et manque de respect! Non franchement, ils nous haïront pour de vraies bonnes raisons, nos enfants!

  • Cybermarc le 27.11.2017 07:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut arrêter le Nucléaire, on va donner quoi comme future à nos enfants???!!!

    • Pierre Brugnon le 27.11.2017 09:57 Report dénoncer ce commentaire

      La radioactivité existe à l'état naturel.

    • PateeJaune le 27.11.2017 11:19 Report dénoncer ce commentaire

      @PB oui elle est naturelle mais pas dans la concentration nécessaire pour la production d'énergie. On nous a menti pendant des années en nous promettant une solution... C'est comme pour les retraites mais sur du plus long terme. On laisse la patate chaude aux prochaines générations.

  • NextGen le 26.11.2017 22:12 Report dénoncer ce commentaire

    C'est tout simplement scandaleux !

    • moi moi le 27.11.2017 12:54 Report dénoncer ce commentaire

      Ben en fait même si on arrête il faut quand même stocker tous les déchets déjà produits. On en fait quoi? on les envoi sur la lune?

    • manu le 27.11.2017 14:21 Report dénoncer ce commentaire

      Exactement ! Vous vous plaignez mais vous proposez quoi ? On les vends sur E-Bay, on les cache sous le tapis. Oui on sait que c'est dangereux ... En attendant, c'est pour l'instant la seule option viable de production d'énergie NÉCESSAIRE pour vivre ... Maintenant on essaie de changer mais l'erreur, si on peut appeler cela une erreur, est faite et il faut trouver une solution de stockage d'élimination. il y avait une théorie d'envoyer cela dans l'espace, je ne sais pas pourquoi cela a été abandonné ? On peut pas dire qu'il n'y a pas de place la haut !

    • JDCJDR le 27.11.2017 14:41 Report dénoncer ce commentaire

      Moi je serais d'avis de les mettre à l'air libre! C'est bien d'etre écolo, et d'etre contre tout, mais la priorité aujourd'hui ce n'est pas d'etre contre ou pour le nucléaire, mais de lutter contre le rechauffement climatique!