Déchets radioactifs en Lorraine

28 février 2018 20:16; Act: 28.02.2018 20:26 Print

Les opposants appellent à manifester à Bure

BURE - Les opposants au projet Cigéo d'enfouissement des déchets nucléaires appellent à un rassemblement le week-end prochain, huit jours après l'évacuation du bois Lejuc.

storybild

Les associations d'opposants, qui devaient rencontrer le secrétaire d'État à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, en déplacement dans la Meuse au moment de l'évacuation le 22 février, ont boycotté la réunion. (photo: AFP/Jean-christophe Verhaegen)

Sur ce sujet

«Les 3 et 4 mars était prévue une rencontre inter-comités de soutien et de lutte. Malgré la situation inédite, nous maintenons ces temps et ces espaces d'échange à venir», est-il écrit dans un communiqué signé par plusieurs associations opposées au projet Cigéo.

Le 22 février, l'évacuation d'une quinzaine d'occupants du bois Lejuc avait mobilisé 500 gendarmes. Des bulldozers avaient aussitôt détruit les bivouacs et barricades érigées par les opposants depuis leur installation dans le bois en août 2016. Le site, vaste de 221 hectares, a été retenu par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) pour l'installation des cheminées d'aération du projet Cigéo, qui vise à enfouir à 500 m sous terre les déchets nucléaires les plus radioactifs ou à vie longue du parc français.

«M. Lecornu est un incendiaire!»

Les associations d'opposants, qui devaient rencontrer le secrétaire d'État à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, en déplacement dans la Meuse au moment de l'évacuation, ont boycotté la réunion. «Par la brutalité de son action, le gouvernement a brisé le dialogue avec les différents opposants et a cimenté les liens de notre opposition», ont souligné les associations.

«M. Lecornu n'est pas un démineur, mais un incendiaire! Le gouvernement a soufflé sur les braises de la contestation partout en France», ont-elles ajouté, rappelant l'organisation en France de «70 rassemblements spontanés en réaction à une expulsion injustifiable, voire illégale».

D'après le site Internet d'un collectif d'opposants, les matinées de samedi et de dimanche seront consacrées à Mandres-en-Barrois à des «rencontres et discussions entre les différents comités de lutte et les différentes personnes désireuses de soutenir la lutte à Bure». La «construction d'une vigie aux abords de la forêt» est programmée les après-midis du week-end.

(L'essentiel/afp)