Disparition de Johnny

06 décembre 2017 11:32; Act: 06.12.2017 16:15 Print

Ce jour où Johnny arrivait «de force» à Longwy

METZ/LONGWY - Le 7 mars 1979, alors qu'il sortait d'un concert à Metz, Johnny Hallyday était «kidnappé» pour venir rencontrer les sidérurgistes en crise à Longwy.

Le chanteur, casque de sécurité sur la tête, restera plus d'une heure dans les usines de Longwy.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Johnny Hallyday est venu plusieurs fois en Lorraine durant sa carrière, mais il est certain qu'il garde un souvenir spécial de l'un de ses voyages en particulier. Le 7 mars 1979, la vedette de la chanson française se produisait sur scène à Metz et la fin de soirée a pris une tournure totalement inattendue.

Sur l'initiative de syndicalistes et de journalistes locaux, Johnny était «kidnappé» pour être emmené jusqu'à Longwy où l'attendaient les ouvriers d'Usinor et de l'usine de la Chiers, comme le rappelle France 3 Grand Est.

«Un bon souvenir»

La sidérurgie est alors en crise et la venue de Johnny Hallyday est un coup médiatique très fort. Le chanteur, casque de sécurité sur la tête, restera même plus d'une heure sur place, une visite immortalisée par des caméras de télévision. «Comment font les gens pour travailler dans de telles conditions?», glissera même le chanteur.

Plus de trente ans plus tard, interrogé en avril 2012 par Le Républicain Lorrain, Johnny n'avait pas oublié cette nuit en Lorraine: «Enlevé, c’est un bien grand mot. Effectivement, c’était après un spectacle. Ils étaient venus à l’hôtel et je les avais accompagnés sur le site. Ils m’ont fait visiter les installations. J’en garde un bon souvenir et surtout un super contact humain».

À Metz, Amnéville et Arlon

Le rockeur était passé par le stade Saint-Symphorien à Metz en juin 2009 puis par le Galaxie d’Amnéville en octobre 2009 et novembre 2012, quelques jours après son concert à la Rockhal. À chaque fois, les fans étaient au rendez-vous pour des spectacles incroyables.

Johnny Hallyday à Arlon en 1961

Né à Paris d'un père belge, Léon Smet, Johnny Hallyday a toujours entretenu un rapport particulier avec la Belgique, véritable passage obligé de ses nombreuses tournées.

Non loin de Luxembourg, à Arlon en Belgique, Johnny Hallyday était venu en concert au tout début de sa carrière dans les «halls Louis», le 21 octobre 1961. La presse du moment n'hésitant pas à parler d'un véritable «triomphe» en légende des quelques photos du concert réalisés par Gaston Triffaux.

Cette «plus grande salle des fêtes et d'exposition de la province de Luxembourg», située en plein centre d'Arlon, a disparu en 1982, suite à un incendie et elle a vu défiler, selon le bulletin communal d'information «Vivre à Arlon», des grands noms de la chanson comme Jacques Brel, Juliette Greco ou encore les Scorpions.

Toujours en province de Luxembourg, le journal «L'Avenir», rappelle, ce mercredi, que Johnny Hallyday était également venu à Ethe en 1977 lors de la très réputée, à l'époque et dans toute la Grande Région, foire du village gaumais situé non loin de Virton. «Johnny était très sympa», se souvient un des organisateurs, «il avait demandé à ses techniciens de monter sa scène en trois heures», alors qu'ils avaient refusé de le faire dans la matinée «jugeant le podium trop petit». Le chapiteau du village n'était pas assez grand, mais Johnny Hallyday avait estimé que les «spectateurs avaient le droit de le voir sur scène».

(NC/FL/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • j-pierre le 06.12.2017 14:40 Report dénoncer ce commentaire

    Il s' est également produit par deux fois à Villerupt où, je me souviens, le mobilier avait quelque peu souffert. C' était l' époque des blousons noirs qui inspiraient parfois certaines craintes, mais rien de bien méchant. Ses chansons ont rythmé notre jeunesse et beaucoup de ses fans de l' époque l' ont suivi tout au long de sa carrière.

  • Nieles Sonia fan depuis + de 50 ans le 06.12.2017 22:57 Report dénoncer ce commentaire

    encore un souvenir merveilleux de johnny et j an et de nombreux

  • miss 57 le 06.12.2017 16:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    genial quel homme

Les derniers commentaires

  • Nieles Sonia fan depuis + de 50 ans le 06.12.2017 22:57 Report dénoncer ce commentaire

    encore un souvenir merveilleux de johnny et j an et de nombreux

  • miss 57 le 06.12.2017 16:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    genial quel homme

  • j-pierre le 06.12.2017 14:40 Report dénoncer ce commentaire

    Il s' est également produit par deux fois à Villerupt où, je me souviens, le mobilier avait quelque peu souffert. C' était l' époque des blousons noirs qui inspiraient parfois certaines craintes, mais rien de bien méchant. Ses chansons ont rythmé notre jeunesse et beaucoup de ses fans de l' époque l' ont suivi tout au long de sa carrière.

    • Régine L. le 07.12.2017 00:06 Report dénoncer ce commentaire

      Exact et le mobilier était tout neuf ....i

    • Pierrick le 07.12.2017 08:50 Report dénoncer ce commentaire

      avec comme première partie, en 1966, Jimmy Hendrix !