À Metz

20 décembre 2017 12:28; Act: 20.12.2017 15:19 Print

Deux mineurs arrêtés après des agressions

METZ - Suite à plusieurs agressions de lycéens à Metz, deux jeunes ont été interpellés et placés en garde à vue. Les établissements de la ville sont sous surveillance.

storybild

La police a arrêté deux mineurs. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Deux mineurs sont en garde à vue depuis lundi, dans le cadre d'une enquête sur quatre agressions de lycéens aux abords des établissements scolaires. Quatre plaintes pour agressions de lycéens à la sortie des établissements scolaires ou à proximité ont été recueillies depuis vendredi au commissariat, a précisé Hervé Niel, directeur départemental de la Sécurité publique de Moselle. Les victimes, âgées de 16 ans à 18 ans, ont été frappées à coups de pied et de poing.

«Une enquête minutieuse a été diligentée (et) a amené à l'interpellation d'un individu qui est formellement mis en cause, et à l'identification d'un petit groupe récurrent, qu'on retrouve sur les quatre faits», a précisé M. Niel. «On a affaire à des gamins extrêmement violents, des gamins que l'on connaît», a-t-il dit. Une deuxième personne a été placée en garde à vue, indique France Bleu mardi.

Établissements sous surveillance

Les réseaux sociaux ont fait état depuis la semaine dernière de passages à tabac dans le cadre d'un «marave challenge»: des adolescents sont frappés par une bande de jeunes contre une rétribution financière pour les agresseurs. Mais en l'état des investigations, rien ne permet de relier ces agressions à un «commanditaire, un jeu, un challenge», a déclaré le policier. «Nous avons une rumeur propagée sur les réseaux sociaux que je ne peux absolument pas confirmer», a dit M. Niel.

«Depuis le début de l'année, c'est 24 faits de bagarres entre lycéens ou d'agressions à la sortie des établissements scolaires à Metz, ce qui nous fait deux faits par mois», a relativisé le directeur départemental. «Il ne faut pas céder à la tentation de la surinformation, de monter en phénomène ce qui est malheureusement une réalité tout au long de l'année». Les 25 établissements scolaires de l'agglomération messine font l'objet de surveillance policière.

(L'essentiel/AFP)