À Metz

09 novembre 2017 10:25; Act: 09.11.2017 12:58 Print

Deux policiers municipaux ivres en plein service

Le 29 septembre dernier à Metz, deux policiers municipaux qui devaient sécuriser une synagogue étaient éméchés, l’un d’entre eux vomissant même en pleine rue, à la vue de tous.

storybild

Les faits se sont produits devant la synagogue de Metz.

  • par e-mail
Sur ce sujet

À Metz (Moselle), deux policiers municipaux sont sous le coup de deux procédures, pénale et administrative, relatent France Bleu Loraine Nord et Le Républicain Lorrain. Leur tort? Les deux hommes ont bu de l’alcool alors qu’ils devaient sécuriser un édifice religieux.

Le 29 septembre dernier, la synagogue accueillait un grand nombre de fidèles pour Yom Kippour, la fête du «Grand Pardon». Placés devant l’édifice pour une mission de sécurisation, deux policiers étaient éméchés, l’un d’entre eux vomissant même en pleine rue à la vue de tous, rapporte Le Républicain Lorrain. Des échos qui sont rapidement remontés aux oreilles de leur hiérarchie.

Par conséquent, les deux agents municipaux seront convoqués devant un conseil de discipline, mardi prochain. Ils risquent d’être mis à pied. Ils devront également répondre de leurs actes devant un juge en janvier prochain. Alors qu’il avait accepté de souffler dans l’éthylotest, l'un des agents est ainsi poursuivi pour conduite en état d’ivresse, relate France Bleu. Son collègue, qui avait fui pour éviter de souffler, est quant à lui poursuivi pour refus de se soumettre à un test d'alcoolémie.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Yom Kippour le 09.11.2017 16:08 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut leur pardonner ! Après tout c'était la fête du Grand Pardon

  • Véritas le 09.11.2017 14:07 Report dénoncer ce commentaire

    Licenciés et plus jamais le droit de travailler pour les communes ou l'état et basta .

  • lea le 09.11.2017 17:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J espere un jugement exemplaire pour ces deux la !!!

Les derniers commentaires

  • Mister Bean le 10.11.2017 07:28 Report dénoncer ce commentaire

    C`est pas pire que la drogue dans le milieu hospitalier par exemple.. Cela n`excuse en rien leur comportement et leur geste, ils doivent montrer l`exemple mais cela reste des hommes avant tout.. alors arrêtez de les enfoncer.

  • lea le 09.11.2017 17:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J espere un jugement exemplaire pour ces deux la !!!

  • Yom Kippour le 09.11.2017 16:08 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut leur pardonner ! Après tout c'était la fête du Grand Pardon

  • Véritas le 09.11.2017 14:07 Report dénoncer ce commentaire

    Licenciés et plus jamais le droit de travailler pour les communes ou l'état et basta .

    • Tolérance le 09.11.2017 19:50 Report dénoncer ce commentaire

      Licenciés, vous êtes dur. Mais une mise à pied, certainement. On a tous droit à une seconde chance.

    • david le 10.11.2017 07:27 Report dénoncer ce commentaire

      Non pas dans ce cas... l'image de la mairie est écornée ! Ces messieurs ont oublié par qui ils étaient payés.. Et s'il y avait eu un problème de sécurité??? Ils n'étaient même pas capables de défendre qui que ce soit!

  • miss 57 le 09.11.2017 14:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    excatement..