Troc illégal

03 juillet 2012 16:16; Act: 03.07.2012 18:04 Print

Il faisait sauter les PV pour du champagne

METZ - Un officier CRS, qui faisait sauter les PV routiers en échange de bouteilles de champagne, a été condamné mardi à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Metz.

storybild

Les détournements de procédures du capitaine Gilles Deliot ont été découverts en mai 2010. (photo: AFP)

  • par e-mail

Le capitaine Gilles Deliot, adjoint au commandant de la compagnie autoroutière Lorraine-Alsace stationnée à Moulin-lès-Metz (Moselle), était poursuivi pour la destruction, la soustraction, le recel et l'altération de pièces de procédure relatives à des délits routiers.

L'officier a évité de la sorte une suspension du permis de conduire à des automobilistes verbalisés sur l'A31, autoroute reliant Metz à Strasbourg. Pour ces «indulgences» apparemment distribuées à des amis et connaissances entre décembre 2008 et novembre 2009, le policier, dont les «qualités humaines et professionnelles» étaient reconnues, a notamment reçu des bouteilles de champagne.

«Dans un État de droit, il n'y avait pas de passe-droit»

Ces détournements de procédures découverts en mai 2010 par l'Inspection générale de la police nationale avaient fait tache sur une unité alors considérée comme l'une des meilleures de France en matière de résultats et d'efficacité.
Suspendu de ses fonctions et placé sous contrôle judiciaire, l'officier avait expliqué à l'audience tenue en mai qu'il était victime d'une dénonciation calomnieuse d'un collègue, et contesté sa responsabilité devant les juges alors même qu'il était passible de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende.

Le parquet avait répondu que «dans un État de droit, il n'y avait pas de passe-droit». «Je veux que l'on accole le mot "prison" au nom de cet homme qui a exercé comme officier de police judiciaire», avait martelé le procureur. «Dans un État de droit, ce qui importe c'est la preuve. Or, ici, elle n'est pas rapportée», avait au contraire plaidé l'avocat du prévenu.

(L'essentiel Online/AFP)