De la Chine à l'Espagne

07 décembre 2014 12:40; Act: 07.12.2014 12:57 Print

Le plus long convoi de fret est passé en Moselle

FORBACH - Un premier convoi de fret ferroviaire direct entre la Chine et l'Espagne, soit le plus long trajet du genre au monde, a entamé samedi son itinéraire en France via Forbach, en Moselle.

storybild

Le fret ferroviaire international est peu utilisé mais est pourtant plus rapide et plus écologique que le bateau. (photo: AFP)

Une faute?

Un train de fret avec le plus long trajet au monde est arrivé en France samedi, via Forbach, en Moselle, ont annoncé ses opérateurs, envisageant d'ouvrir une ligne régulière. Parti de Yiwu, dans l'est de la Chine, le 18 novembre avec 40 conteneurs transportant 1 400 tonnes de marchandises, le convoi doit arriver mardi à Madrid, sa destination finale, après un parcours de plus de 13 000 km à travers sept pays dont le Kazakhstan, la Russie, la Biélorussie, la Pologne et l'Allemagne.

Le succès de l'opération pourrait conduire à établir un itinéraire régulier depuis la Chine dès le printemps prochain, «avec deux rotations prévues par mois», selon un communiqué d'Euro Cargo Rail, premier opérateur privé de fret ferroviaire en France et filiale du groupe allemand DB Schenker Rail. Ce groupe offre déjà des liaisons régulières directes entre la Chine et l'Allemagne, notamment jusqu'aux ports de Hambourg et Duisbourg.

Déclin du fret ferroviaire

Environ 80% du commerce mondial s'effectue toutefois par bateau, le fret ferroviaire international présentant de nombreuses contraintes tant réglementaires que techniques variant selon les pays. Néanmoins «le train est plus rapide que le bateau, qui d'après nos clients mettrait plus de 30 jours pour un tel trajet Chine-Espagne» et c'est aussi une solution «plus écologique» en termes d'émissions de CO2, fait valoir Nadja Rachow, directrice de la communication pour l'Europe de l'Ouest de DB Schenker Rail.

En France, le fret ferroviaire est en déclin depuis plusieurs années, avec une chute de près de 21% entre 2008 et 2013 en tonnes-kilomètres, selon des données du Commissariat général au développement durable. Cette baisse est due à la dégradation du transport national de marchandises par chemin de fer, qui n'est que «très peu compensée» par le dynamisme du transport international y compris transit, note le Commissariat.

(L'essentiel/AFP)