Maladies professionnelles

23 mars 2016 10:05; Act: 23.03.2016 16:13 Print

Les mineurs lorrains demandent réparation

FORBACH - Le conseil des prud'hommes de Forbach étudie quelque 834 dossiers de mineurs de charbon lorrains qui demandent depuis des années la reconnaissance de leur préjudice d'anxiété.

storybild

«On avait la possibilité de faire en sorte que les gens ne soient pas exposés. On ne l'a pas fait, pour faire des économies», a déclaré Me Jean-Paul Teissonière, qui défend 732 des 834 dossiers. (photo: AFP/Olivier Laban-mattei)

Sur ce sujet
Une faute?

Dans une salle spécialement aménagée de la mairie de Forbach (Moselle), les anciens mineurs font face jusqu'à jeudi à Charbonnage de France, pour le compte des Houillères des bassins de Lorraine (HBL), dissoutes en 2003, peu avant la fermeture de la dernière mine. La décision devrait être mise en délibéré à l'issue des deux jours d'audience.

Les premières plaintes ont été déposées en 2013, et les demandes oscillent entre 6 000 et 40 000 euros par dossier. «On ne le fait pas pour le pognon. On le fait pour qu'il soit reconnu que l'on travaillait avec des produits dangereux», expliquait à la veille du procès Jean-Paul Monper, 58 ans dont 25 à la carrière de Freyming.

«Tout le monde sait que le métier de mineur est un métier dangereux»

L'ancien mineur a perdu son grand-père de la silicose. «Quand je vois tous les mineurs aujourd'hui, toutes les maladies qui se développent dont on ne parlait pas à l'époque: cancer de la gorge, de la vessie... ça fait quand même peur, ça fait quand même réfléchir. Après on se dit: jusqu'à quel degré, toi, tu as été contaminé?», raconte-t-il. C'est cette «épée de Damoclès», qui caractérise le préjudice d'anxiété, explique Me Jean-Paul Teissonière, qui défend 732 des 834 dossiers.

«Tout le monde sait que le métier de mineur est un métier dangereux», souligne Me Teissonière. Mais les mineurs ont été exposés à des substances cancérogènes et le risque lié à la silicose a été géré sans qu'on cherche à le prévenir, affirme l'avocat: «On avait la possibilité de faire en sorte que les gens ne soient pas exposés. On ne l'a pas fait, pour faire des économies».

La notion d'anxiété ne s'applique pas ici, rétorque Charbonnage de France, s'appuyant sur une loi de 1998 qui liste les sites concernés par le préjudice à l'amiante, et renforcée par un arrêt de la Cour de cassation de 2016. En février 2015, la justice prud'homale avait toutefois reconnu pour la première fois à d'autres mineurs lorrains, employés dans des mines de fer ceux-là, un préjudice d'anxiété face au risque de développer de graves maladies professionnelles. L'ancien exploitant de mines de fer en Lorraine, Lormines, avait fait appel de cette décision.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • marie ange le 23.03.2016 12:26 Report dénoncer ce commentaire

    j'espère qu'Ils vont gagner !

Les derniers commentaires

  • marie ange le 23.03.2016 12:26 Report dénoncer ce commentaire

    j'espère qu'Ils vont gagner !

    • ancien ,siderugiste 85 le 16.09.2016 16:57 Report dénoncer ce commentaire

      oui il vont gagner ,car il ont laisse une partie de leur sante ,sinon faire intervenir c est politicard qui sont payes a rien faire ,,qu il serve a rendre justice aux moins ,s ils veulent....

    • j ai subit ,, le 19.09.2016 09:50 Report dénoncer ce commentaire

      dans la prochaine faite ,,,,president ,,,bonne retraite????