France/Grand Est

23 octobre 2021 12:05; Act: 23.10.2021 13:42 Print

À Mulhouse, la prison vétuste fait ses cartons

MULHOUSE - La vétuste prison du XIXe siècle fermera définitivement d'ici quelques jours, à la plus grande satisfaction des détenus.

storybild

La prison de Mulhouse va déménager à une dizaine de kilomètres de son emplacement originel. (photo: AFP/Frederick Florin)

Sur ce sujet
Une faute?

La peinture s'écaille, le chauffage est capricieux et les lourdes portes de bois semblent d'un autre temps. À Mulhouse (Haut-Rhin), la vétuste prison du XIXe siècle fermera définitivement d'ici quelques jours, avec satisfaction pour les détenus, mais aussi un pincement au cœur pour le personnel pénitentiaire.

«L'établissement est vraiment à bout de souffle», reconnaît Patrice Bourdaret, le chef d'établissement de cette maison d'arrêt construite en 1865, dans un pays souvent pointé du doigt pour la vétusté de ses prisons et sa surpopulation carcérale.

Les 350 détenus, condamnés ou en attente de jugement, vont être transférés vers le centre pénitentiaire flambant neuf de Lutterbach, à à peine dix kilomètres de là. Pour des raisons de sécurité, la date du transfert est tue. Mais le 10 novembre marquera la fermeture officielle, a indiqué Hubert Moreau directeur interrégional des services pénitentiaires du Grand Est.

Quatre mois après la fermeture de la prison de Colmar, qui était encore plus vieille, «on ne pouvait pas continuer d'accueillir des personnes détenues dans de telles conditions et imposer des conditions de travail aussi dégradées au personnel», a souligné M. Moreau.

Panne de chauffage

Les taches de couleurs vives créées par les ballons coincés dans les barbelés d'une cour de promenade où les portes de cellules peintes ont du mal à camoufler le délabrement de ces lieux, qui ont accueilli jusqu'à plus de 400 détenus, soit un taux d'occupation de 170%. Sur les murs beiges défraîchis de la cellule de Bernard, 48 ans, «Alcatraz» est écrit au stylo. À Mulhouse depuis un an et demi, il n'a pas de chauffage en ce moment.

Dans le bâtiment principal, organisé sur trois étages autour d'une imposante coursive centrale, les pannes diverses et les fuites d'eau s'enchaînent. «Et l'électricité saute souvent», reconnaît un surveillant. «J'ai eu des plaintes de détenus, mais je leur dis qu'il faut tenir encore deux semaines, on ne va pas faire des miracles maintenant», admet Patrice Bourdaret.

Pour Bernard, ce prochain déménagement dans la prison de Lutterbach, testée à vide depuis l'été, est «une bonne chose». «C'est neuf, c'est plus confortable et il y aura une douche en cellule et de l'eau chaude», se réjouit le détenu, dont la cellule de 9 m2 ne compte que des toilettes, un petit lavabo et de l'eau froide. Dans une autre cellule un peu plus loin, un autre détenu, allongé sur un lit superposé, a lui aussi hâte de faire ses cartons - trois maximum par personne - car «ce sera propre et il y aura moins de bruit».

«Un pincement au cœur»

Pour le personnel pénitentiaire, honoré lors d'une cérémonie vendredi, ce déménagement est plus délicat. Arrivé en mai pour gérer la fermeture, Patrice Bourdaret reconnaît que «le plus compliqué, ce sont les aspects humains pour le personnel». «L'émotion me gagne à l'idée de fermer cet établissement, où on m'a enseigné mon travail», explique Stéphane Dordor, qui y aura travaillé 25 ans.

Pour le chef brigadier Jean-François Hénin, ce déménagement est «une bonne nouvelle», mais aussi «un pincement au cœur». «Ici c'était familial comme structure, là-bas (à Lutterbach, qui comptera 520 places, NDLR), ça risque d'être un peu plus impersonnel».

«Lorsqu'on ferme un établissement pénitentiaire vétuste, c'est toujours délicat, on s'aperçoit qu'il y a une histoire. (...) Dans un nouvel établissement, il va falloir écrire l'histoire», craint Hubert Moreau. L'histoire de la prison de Mulhouse a, elle, été marquée par une violente mutinerie en 1992 et la crise sanitaire, quand la ville était au cœur des débuts de l'épidémie de Covid-19.

L'avenir du bâtiment, à quelques pas du centre-ville historique, n'a pas encore été décidé. Cette fermeture, «c'est ce qu'on attendait depuis longtemps», dit sans hésitation Jean-Marc Dudzic, gérant de la brasserie L'Entrecôte, juste en face. Débarrassés des parloirs sauvages bruyants, par dessus l'enceinte de la prison, il espère que ses clients vont retrouver goût à sa terrasse.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Željko le 23.10.2021 13:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une prison doit être vétuste, froide, humide et sinistre mais certainement pas confortable et agréable à vivre.

  • Dede le 23.10.2021 14:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si toutes les prisons deviennent hit tek , ils y aura plus de détenus que d actifs ! Faut pas non plus réduire la prison à un bagne faut respecter la condition humaine

  • Heho le 24.10.2021 10:24 Report dénoncer ce commentaire

    La prison ne doit pas être confortable, non mais on va leur tendre le thé à ces cambrioleurs, agresseurs, violeurs, pédophiles ou autre criminel ?

Les derniers commentaires

  • Jean luc moustache le 24.10.2021 18:14 Report dénoncer ce commentaire

    Ils côutent trop chère à la société , c'est une charge trop importante pour les gens qui paient leurs impôts ! Trop de luxe dans les prisons ! Ils faut les rendre rentable avec un travail obligatoire pour qu'ils paient leurs detes , et seulement là il y aura un équilibre ! Faites travailler tous les détenus , que de les laisser vivre aux frais de la princesse !

  • JDCJDR le 24.10.2021 13:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La Prison est là pour préparer la réinsertion des plus faibles d’entre-nous qui ont flanché face à la loi. Il est important que cela se fasse dans les meilleures conditions possibles et que les condamnés puissent nourrir leurs corps et leurs esprits.

  • veritis le 24.10.2021 11:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils sont maintenant au club Med. fallait penser avant de faire la bêtise menant à la prison. suis d'avis de les garder là dans cette prison.

  • Heho le 24.10.2021 10:24 Report dénoncer ce commentaire

    La prison ne doit pas être confortable, non mais on va leur tendre le thé à ces cambrioleurs, agresseurs, violeurs, pédophiles ou autre criminel ?

  • i Lao tseu le 24.10.2021 10:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    quand on lis les commentaires ça fait peur ,pas mal de sadiques .....je rappellerai qu'en prison ne se trouve pas que des assassins ,des violeurs où des gens violent.....des gens qui n'ont pas payer leur amende, la pension alimentaire, des vols alimentaires et certains sont en prison par erreur et il est certain que laisser pourrir des gens en prison en fera des anneaux à la sortie ....raisonnement de cerveau ralenti, de mauvaise condition n'engendra que de la haine contre la société ! les meilleurs réinsértions et la où il y a le moins de récidives c'est ds les pays nordiques avec beaucoup de prison ouverte et une libération par étapes.....