À Strasbourg

14 janvier 2020 14:56; Act: 14.01.2020 15:07 Print

«Appelle la police, s'il te plaît! Il me frappe!»

STRASBOURG - Victime présumée de violences conjugales, une jeune femme a appelé à l'aide une de ses amies via Snapchat. Les messages vocaux glacent le sang.

Sur ce sujet
Une faute?

Les pleurs et la voix tremblante de la jeune femme font froid dans le dos. Dans la nuit du 14 janvier, une femme a appelé au secours son amie via le réseau social Snapchat. «Appelle la police, il me frappe, je te jure, appelle la police s'il te plaît. Je t'en supplie, aide-moi...», crie-t-elle, désespérée, dictant ensuite son adresse dans le même message vocal. «Il me met des coups de pieds car je lui demande de dégager de chez moi (sic)», continue-t-elle de crier, en larmes.

Son amie a enregistré tout ce que la victime présumée de violences conjugales lui a envoyé, y compris des courtes vidéos, semblant montrer le principal suspect et a diffusé la vidéo sur Twitter.

Dans un deuxième échange de messages publié, la situation semble de plus en plus tendue entre les deux partenaires. «Il me frappe de nouveau, il me donne des coups de pieds dans la gueule», hurle la jeune femme.

Jeudi en début d'après-midi, la police de Strasbourg a rassuré sur la situation. Deux équipes se sont rendues sur place et l'auteur a été arrêté. L'homme est entendu par les enquêteurs. Les forces de l'ordre en ont profité pour rappeler que pour ce cas de figure, les victimes doivent faire le 17. Aucun détail n'a été communiqué quant à l'état de santé de la jeune femme.

(mm/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marie le 14.01.2020 18:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mince , alors , je pensais que tout le monde aurait pitié , mais au vu des messages , la pauvre à vos yeux , elle est encore coupable . Dans le stress , on ne réfléchit pas toujours ce qui est bien ou mal , on essaie de sauver sa peau . Et si c est son amie qui l a fait ?

  • luis le 14.01.2020 19:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on ne frappe pas une femme seulement les barbares le font faut les mettre en prison pour longtemps.

  • Mono le 14.01.2020 18:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Choquant!

Les derniers commentaires

  • MarcC le 15.01.2020 09:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La violence, c’est l’arme des faibles surtout envers les femmes.

  • cyril le 15.01.2020 07:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Allllooooo la Terre le monde..... l’homme frappe pas sa femme, sa femme frappe pas son homme, sa femme frappe pas sa femme et son homme frappe pas son homme. Voilà la bonne réponse.

  • elle le 15.01.2020 07:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah les gens parfaits .... même en cas d’urgence ils le sont ...

  • Ahah le 14.01.2020 20:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non mais grave. Faut arrêter de tout filmer et snapper

  • luis le 14.01.2020 19:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on ne frappe pas une femme seulement les barbares le font faut les mettre en prison pour longtemps.

    • Fabian le 15.01.2020 10:57 Report dénoncer ce commentaire

      On ne frappe pas un être humain. Le genre, l'âge, l'ethnie, le métier, etc. n'ont rien à voir là-dedans !