Street art à la frontière

04 septembre 2020 15:36; Act: 04.09.2020 16:26 Print

Athus s'inpire de Kahler pour être «moins sombre»

AUBANGE - Une fresque géante est apparue à l'entrée d'Athus en venant du Luxembourg. L'objectif: changer l'image négative de cette entité très liée avec le Grand-Duché.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Entité de plus de 7 557 habitants très liée avec le Grand-Duché, Athus défraie régulièrement la chronique dans la colonne des faits divers. L'ancienne cité sidérurgique de la commune d'Aubange traîne un lourd passif au niveau de son image, mais une nouvelle dynamique semble peu à peu se mettre en place pour que l'on oublie peu à peu les côtés «sombres» et «criminels» qui continuent à lui coller à la peau.

Dorénavant, moins de 500 mètres après avoir franchi la frontière en venant de Pétange ou de Rodange, vous allez tomber nez à nez avec une énorme fresque dessinée sur une des façades du centre culturel local, situé au numéro 6, de la rue du Centre.

Kahler, source d'inspirations

«On a vraiment envie de redorer notre image», nous a précisé un des responsables de l'Agence de développement local (ADL) de la commune d'Aubange. «Se faire passer pour un "petit Charleroi" ou un "petit Chicago" n'est pas toujours très gratifiant. Grâce à cette fresque réalisée par Pablito Zago, on aimerait que les gens parlent d'Athus autrement. Cette première œuvre n'est pas consensuelle et on va continuer de la sorte sur un des murs de la bibliothèque communale et le long de la rue de Rodange, notamment».

Et les responsables de ce premier projet estimé à 12 000 euros ne s'en cachent pas. Des inspirations sont venues du petit village de Kahler dans la commune de Capellen au Grand-Duché. «On a été voir ce qui avait été réalisé là-bas et c'était très encourageant», reconnaît-on du côté de l'ADL, qui nous rappelle également que 66% des frontaliers de la commune d'Aubange travaillent au Luxembourg.

Voir cette publication sur Instagram

01/09/2020

Une publication partagée par Grains De Beauté (@gdb.unreciturbain) le

(fl/L'essentiel )

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Constat le 05.09.2020 17:11 Report dénoncer ce commentaire

    Pour tourner un film sur les années 60, certains quartiers d'Athus sont parfaits

  • Frede le 05.09.2020 09:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il ne faut pas non plus croire que dessiner des fresques va régler tous les problèmes. Cela reste quand même une bonne initiative. En espérant que les vrais problèmes de sécurité principalement soient également traités.

  • From Athus le 05.09.2020 17:55 Report dénoncer ce commentaire

    Malheureusement, cela ne changera pas le fond du problème, ni le quotidien des habitants.

Les derniers commentaires

  • the Finn le 06.09.2020 10:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dessiner une fresque pour éliminer les problèmes... Une vraie réaction de bobos ou hippies. Ce sont les infrastructures, la sécurité et probablement une meilleure gestion de l'argent public qu'il faudrait faire.

  • Dasani le 06.09.2020 08:46 Report dénoncer ce commentaire

    bonne initiative, j'espère qu'ils s'inspireront aussi de kahler pour le côté culturel

  • Mu le 05.09.2020 23:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Manque la police et les frontières ;-) ca ira ensuite

  • From Athus le 05.09.2020 17:55 Report dénoncer ce commentaire

    Malheureusement, cela ne changera pas le fond du problème, ni le quotidien des habitants.

  • Constat le 05.09.2020 17:11 Report dénoncer ce commentaire

    Pour tourner un film sur les années 60, certains quartiers d'Athus sont parfaits