Industrie en Moselle

03 mars 2020 13:12; Act: 03.03.2020 15:31 Print

British Steel revendu sans l'usine d'Hayange

HAYANGE - Le rachat de British Steel par Jingye ne comprend pour le moment pas le site mosellan, puisque le gouvernement français n'a pas encore validé l'opération.

storybild

Le site d'Hayange ne fait pas partie de la transaction en voie d'être finalisée. (photo: AFP/Patrick Hertzog)

Sur ce sujet
Une faute?

Le chinois Jingye va finaliser le rachat du groupe de sidérurgie en faillite British Steel, mais précise que la transaction ne comprend pas l'usine française d'Hayange, Paris n'ayant pas encore exprimé son avis sur l'opération. Jingye «a trouvé un accord pour finaliser son rachat de British Steel» au liquidateur public le 9 mars. La transaction n'inclut toutefois pas les parts de British Steel dans Redcar Bulk Terminal (RBT), terminal de chargement britannique, ou dans British Steel France et son usine d'Hayange, fait valoir un communiqué mardi, justifiant que «le gouvernement français n'a pas encore rendu son avis ou dit quand il comptait le donner».

Ce rachat va «préserver 3 200 emplois qualifiés à Scunthorpe (NDLR: la principale usine du groupe britannique), à Teesside et ailleurs», précise le chinois, qui ajoute que la finalisation de cette prise de contrôle va «débloquer un investissement promis de 1,2 milliard de livres pour moderniser le site et améliorer son efficacité énergétique». Jingye précise avoir accepté la suggestion du liquidateur public (Official Receiver), «soutenue par le gouvernement britannique, pour achever la transaction par étapes, d'abord les actifs britanniques et néerlandais puis les actifs français».

Après des mois de rebondissements et un premier rachat avorté par un repreneur turc, le syndicat britannique Unite s'est félicité de la finalisation de la transaction. «Les membres d'Unite British Steel vont se sentir soulagés aujourd'hui que l'accord soit finalement confirmé», ajoute le syndicat, dans un communiqué. Unite, avait fait connaître son soutien à l'offre de Jingye, estimant que l'alternative serait un démantèlement.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • fxv le 03.03.2020 20:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l usine de Hayange a un savoir faire reconnu. elle fait des rails de grandes longueurs pour les lignes TGV,et son carnet de commande est bien rempli

  • julie le 03.03.2020 18:40 Report dénoncer ce commentaire

    si j'ai bien compris on perd ce qui rapporte et on laisse à la charge du contribuable ce qui coute ! ça va être pareil avec les éoliennes selon le principe du pollueur-payeur

Les derniers commentaires

  • fxv le 03.03.2020 20:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l usine de Hayange a un savoir faire reconnu. elle fait des rails de grandes longueurs pour les lignes TGV,et son carnet de commande est bien rempli

  • julie le 03.03.2020 18:40 Report dénoncer ce commentaire

    si j'ai bien compris on perd ce qui rapporte et on laisse à la charge du contribuable ce qui coute ! ça va être pareil avec les éoliennes selon le principe du pollueur-payeur

    • elogique le 04.03.2020 12:22 Report dénoncer ce commentaire

      Tu n'as pas bien compris. L'usine d'Hayange rapporte. Mais comme elle concerne un point stratégique (rail de chemin de fer), le gouvernement doit d'abord valider le rachat