France/Grand Est

20 septembre 2019 09:02; Act: 20.09.2019 10:57 Print

Ce «secret» qui a fait frissonner Strasbourg

STRASBOURG - 500 amateurs de frissons ont tremblé, jeudi soir à Strasbourg, lors d'une projection en plein air du «Projet Blair Witch», classique du cinéma d'horreur.

storybild

500 amateurs de frissons ont tremblé jeudi soir à Strasbourg lors d'une projection en plein air du «Projet Blair Witch».

Sur ce sujet
Une faute?

Trajet les yeux bandés jusqu'au lieu de projection, chemin éclairé à la bougie et brume lugubre: quelque 500 amateurs de frissons ont tremblé jeudi soir à Strasbourg lors d'une projection en plein air du «Projet Blair Witch», classique du cinéma d'horreur. 20h, gare routière de l’Étoile. Des centaines de spectateurs attendent de monter dans l'un des cinq bus affrétés par le Festival européen du film fantastique de Strasbourg. Au programme, une insolite «séance secrète»: le lieu de projection comme le film sont inconnus des spectateurs...

Amandine Greuez, 27 ans, et William Rowe, 25 ans, patientent en marge de la file. Une idée de leur destination? «Un vieil hôtel hanté!», sourit la jeune femme. «Plutôt une forêt ou un parc, vu les indications» des organisateurs qui préconisaient des vêtements chauds pour supporter la fraîcheur de la nuit alsacienne, remarque le jeune homme. Le film projeté? Le cultissime «Projet Blair Witch?» (1999), hasarde William.

Des bougies disposées au sol

«Je ne sais pas. En tout cas un classique», avance Amandine. Une fois dans le bus, un masque de nuit leur est remis. Consigne stricte: le porter dès que le véhicule démarre. Une quinzaine de minutes plus tard, les bus arrivent près d'un parc excentré, en bordure du Rhin. La nuit est tombée, les spectateurs sont invités à suivre un chemin balisé par des lampes à pétrole. Des hauts-parleurs crachent des sons métalliques inquiétants.

On distingue au loin une brume teintée de bleu et de rouge. Au bout du chemin, des silhouettes noires accueillent les cinéphiles en poussant des cris gutturaux avant de leur désigner un grand espace où ont été dressés un écran géant et des dizaines de bancs. Aucun éclairage, mis à part des bougies disposées au sol et des spots rouges braqués sur les arbres. Au fond du parc, une buvette et un brasero. D'emblée, la présence de trois grandes structures de bois, évocation des objets de sorcellerie de «Blair Witch», lève tous les doutes sur le film mystère: «Tu vois? Je te l'avais dit!», glisse une jeune femme à son ami.

«La mise en scène est vraiment intéressante. Le décor est simple mais efficace, on est plongé dedans», confie Clément Ernewein, un Colmarien de 31 ans. «Le côté mystérieux, ça permet de développer l'imaginaire» et «même si on ne sait pas» quel film va être projeté, «on s'attend à un truc phénoménal», poursuit Mathilde Lepers, 32 ans, venue aussi de Colmar. Lancé en 2008, le festival du film fantastique de Strasbourg est passé maître dans l'organisation de ces séances décalées.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.