Sécurité nucléaire

12 février 2014 18:13; Act: 13.02.2014 08:15 Print

De la corrosion à la centrale de Cattenom?

CATTENOM - Le site mosellan serait partiellement attaqué par la rouille. Mais les risques sécuritaires sont faibles, selon un ingénieur nucléaire du ministère luxembourgeois de la Santé.

storybild

Les gaines de combustible sont normalement changées tous les 18 mois. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Une alerte est de nouveau lancée autour de la centrale nucléaire de Cattenom. Selon le site d'information en ligne Mediapart, son exploitant EDF a découvert des traces de corrosion sur des gaines de combustible, ces tubes de quatre mètres acheminant l'oxyde d'uranium au cœur même du réacteur.

«Les risques sécuritaires liés à la corrosion semblent très faibles», relativise Patrick Breuskin, ingénieur nucléaire au ministère luxembourgeois de la Santé. L’apparition de corrosion sur des gaines de combustible «n’est pas un événement exceptionnel, mais les éléments incriminés doivent être remplacés plus rapidement. J’imagine que les responsables de la centrale ont réduit leur durée d’exploitation». Théoriquement, les gaines sont changées tous les 18 mois. Si le niveau de corrosion est faible, «la sécurité n’est pas menacée, poursuit Patrick Breuskin. Mais si les gaines sont fortement rouillées, alors cela pourrait à terme contaminer le circuit primaire et augmenter le risque de contamination radioactive».

Le site de Cattenom n'est pas le seul concerné par le phénomène de corrosion. Selon Mediapart, 25 des 58 réacteurs français sont «menacés par un phénomène d’usure des gaines de combustible». L'Autorité française de sureté nucléaire mène désormais une enquête sur tous les réacteurs incriminés, afin d'évaluer le niveau de corrosion. Les autorités du Grand-Duché, intégrées à la commission locale d'information de Cattenom, depuis octobre, seront mises au courant des résultats.

(if/L'essentiel)