À Saint-Avold

31 octobre 2018 16:24; Act: 31.10.2018 16:53 Print

De Rugy se veut rassurant à la centrale à charbon

SAINT-AVOLD - Le gouvernement s'est engagé à favoriser la reconversion des salariés de la centrale à charbon de Saint-Avold (Moselle) amenée à fermer d'ici 2022.

storybild

«Des solutions (NDLR: de reconversion) seront cherchées pour les salariés au sein d'Uniper, mais aussi dans d'autres entreprises du secteur de l'énergie», a indiqué François de Rugy. (photo: AFP/Jean-christophe Verhaegen)

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est notre responsabilité d'accompagner les projets, de les soutenir, de faciliter leur implantation ici pour donner des nouvelles perspectives économiques, complémentaires de ce qui existe déjà», tout comme «l'accompagnement du personnel, des salariés pour leur reconversion individuelle», a déclaré le ministre de la Transition écologique, François de Rugy.

La tranche au charbon de la centrale électrique de Saint-Avold, exploitée par l'allemand Uniper et qui contient également deux tranches au gaz, doit fermer d'ici la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron comme les trois autres centrales à charbon encore en service en France, à Gardanne (Bouches-du-Rhône), Le Havre (Seine-Maritime) et Cordemais (Loire-Atlantique).

«Nous avons voulu dire les choses clairement sur les perspectives d'avenir sur ce site, conforter les unités de production au gaz récentes et performantes, et expliquer notre démarche qui est une démarche d'accompagnement», a ajouté M. de Rugy. Des solutions seront cherchées pour les salariés au sein d'Uniper, mais aussi «dans d'autres entreprises du secteur de l'énergie», a-t-il ajouté. Le gouvernement a également entamé une concertation pour signer avec la communauté d'agglomération un Contrat de transition écologique (CTE) pour accompagner la fermeture de la centrale.

«Une visite inutile»

Les salariés demandent eux «qu'un nouvel outil de production d'électricité moins émetteur de CO2 soit créé en remplacement du charbon», a indiqué Jean-Pierre Damm, porte-parole de l'intersyndicale FO,CGT, CFE-CGC et CFTC du site. «Nous souhaitons une nouvelle tranche au gaz pour assurer la sécurité d'approvisionnement en électricité dans la région Grand Est», a-t-il insisté.

«Il y a des investisseurs qui sont là» pour financer un tel projet qui permettrait de «pérenniser 40 à 50 emplois», a assuré Yahia Tlemsani, adjoint au maire (LR) de la Communauté d'agglomération Saint-Avold Synergies, dénonçant «une visite inutile». Les syndicats prévoyaient de manifester lundi, à Morhange, où doit se rendre le président de la République, dans le cadre des commémorations du centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale, mais ils y ont finalement renoncé, a ajouté M. Damm.

(L'essentiel/afp)