Militants antinucléaire

20 juin 2018 09:36; Act: 20.06.2018 16:26 Print

Des perquisitions dans le cadre du projet de Bure

BAR-LE-DUC - Sept opposants au projet d'enfouissement des déchets nucléaires, dont un avocat parisien, ont été interpellés mercredi matin, lors d'une série de perquisitions.

Voir le diaporama en grand »

La dernière manifestation, samedi, avait été émaillée de violences, à cause de l'arrivée de casseurs.

Sur ce sujet

Les perquisitions, qui ont débuté à 7h, ont été réalisées «dans le cadre d'une commission rogatoire d'un juge d'instruction» portant sur trois actions commises en 2017, a indiqué le procureur de la République à Bar-le-Duc, Olivier Glady. Sont concernés, un départ d'incendie volontaire commis par des militants en juin dans l'hôtel-restaurant du laboratoire de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), des dégradations commises à l'écothèque, bâtiment appartenant également à l'Andra, et une manifestation illégale, le 15 août, au cours de laquelle des violences avaient éclaté entre opposants et forces de l'ordre.

Les sept personnes interpellées, âgées de 20 à 60 ans, sont soupçonnées d'avoir participé «aux trois actions, à l'une des trois ou à la préparation de ces différentes actions», et leur garde à vue peut durer jusqu'à 48 heures ou 96 heures, a précisé M. Glady. Parmi les suspects figure un avocat parisien, principal conseil des anti-Cigéo, dont le domicile a été perquisitionné, a-t-il indiqué. «Plus de 200 gendarmes, enquêteurs et militaires destinés au maintien de l'ordre» ont été mobilisés pour ces perquisitions qui visaient notamment la «Maison de résistance», à Bure, où l'ambiance était «plutôt calme», selon le procureur. Une personne a néanmoins été interpellée pour rébellion, a-t-il ajouté.

Une manifestation émaillée de heurts et de dégradations

C'est une «nouvelle preuve de la dérive sécuritaire du gouvernement, qui traite des militant(e)s et des habitant(e)s comme des terroristes pour essayer de détourner l'attention des problèmes colossaux posés par Cigéo», a réagi le réseau Sortir du nucléaire dans un communiqué. «Il s'agit de la vague de perquisitions la plus lourde jamais subie dans le mouvement», souligne-t-il. «Ce n'est pas un hasard si c'est après (la manifestation antinucléaire de samedi), même si ça concerne des actions antérieures: c'est une manière de répondre politiquement à une mobilisation de 3 000 personnes», a dénoncé Juliette Geoffroy, du Comité contre l'enfouissement des déchets nucléaires (Cedra), regrettant «un rapport de force constant».

Samedi, entre 1 000 et plus de 3 000 personnes, selon la préfecture et les organisateurs, ont défilé à Bar-le-Duc pour protester contre le projet Cigéo, mené par l'Andra, qui vise à enfouir à 500 m sous terre les déchets les plus radioactifs ou à vie longue du parc nucléaire français. Parmi les six personnes interpellées lors de cette manifestation émaillée de dégradations et de heurts avec les forces de l'ordre, deux hommes ont été incarcérés lundi, après avoir été condamnés en comparution immédiate. Les antinucléaires ont appelé à des rassemblements de soutien, à 18h, devant les préfectures. Quelque 150 gendarmes avaient déjà effectué plusieurs perquisitions en septembre 2017, dans le cadre de cette même affaire.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Hiro Shima le 20.06.2018 12:05 Report dénoncer ce commentaire

    Non à une poubelle nucléaire

  • Paul B le 21.06.2018 08:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La France deviendrait elle un pays communiste ? (le peuple doit suivre sans broncher sinon...)

  • nicolas le 20.06.2018 13:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    monsieur 'longuet 'etant le chef de se désastre organisait pour les ''fricer ''du nucléaire ''alors solutions. ????

Les derniers commentaires

  • Paul B le 21.06.2018 08:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La France deviendrait elle un pays communiste ? (le peuple doit suivre sans broncher sinon...)

  • Coralie le 21.06.2018 06:49 Report dénoncer ce commentaire

    J'avoue que je ne comprends pas très bien... La France est un état de droit ET une démocratie (à ce qu'il paraît). Le peuple a fait entendre sa voix, les habitants de la région ont fait entendre leur voix : ils ne veulent PAS de ce projet ! Et pourtant, l'Etat continue...Et poursuit en justice par des méthodes baîllons... Certes, la France n'est pas encore la Hongrie de Orban.

  • pep le 20.06.2018 13:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand l’Etat se joint aux puissants pour faire taire le peuple

  • nicolas le 20.06.2018 13:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    monsieur 'longuet 'etant le chef de se désastre organisait pour les ''fricer ''du nucléaire ''alors solutions. ????

  • Juste mon avis le 20.06.2018 12:51 Report dénoncer ce commentaire

    Réveillez-vous et battez-vous les gens!! Vos enfants vont devoir payer et surveiller pour VOS bombes écologique à retardement pour des dizaines de milliers de générations...je ne comprends même pas encore comment on a pu en arriver là en laissant faire...créez des déchets à gérer pour des centaines de milliers d'années comme si tt allait bien que même notre "veille Europe paisible" n'a jamais pu fêter un centenaire sans guerres! Quel exemple! Quelle ignominie! Quelle outrance! Quel manque de respect envers nos enfants, notre planète, envers la vie!