Nucléaire à Bure

20 mars 2018 09:18; Act: 20.03.2018 15:21 Print

Deux opposants au projet Cigéo incarcérés

BURE - Le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc a condamné à 3 mois de prison ferme et incarcéré lundi, deux opposants au projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure.

storybild

Le projet de Bure est source de tensions.

Sur ce sujet

Le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc a condamné à 3 mois de prison ferme et incarcéré lundi deux opposants au projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse), l'un pour violences lors de l'évacuation du bois Lejuc, l'autre pour des dégradations ultérieures. La condamnation du premier, un homme âgé de 24 ans, qui prévoit huit mois de prison dont cinq mois avec sursis et une interdiction de territoire en Meuse et en Haute-Marne, a été accueillie par des vives protestations de la centaine d'opposants qui a assisté au procès.

Certains ont quitté la salle en scandant: «À bas l’État, les flics et la justice». Le procureur, Olivier Glady, avait requis dix mois de prison dont la moitié avec sursis. Le prévenu est soupçonné d'avoir jeté en direction des gendarmes un bidon d'essence enflammé, ce qu'il conteste, avant d'incendier le bivouac qu'il habitait lors de l'évacuation par 500 militaires, le 22 février à l'aube du bois Lejuc, épicentre de la contestation au projet Cigéo. Il a reconnu avoir donné un coup de pied à un militaire, puis craché sur un second «par dégoût et mépris» lors de son interpellation. «Je venais de perdre une partie de ma vie dans les flammes de cette cabane et dans les ruines de tous les lieux habités, rasés ce matin-là», a-t-il expliqué.

Six autres personnes seront jugées

Le site, occupé depuis l'été 2016 par des opposants au projet de centre d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure, a été retenu par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) entre autres pour y mener des explorations. Une femme, âgée de 30 ans, a été condamnée à quatre mois de prison avec sursis pour rébellion lors d'une perquisition à la «Maison de résistance», à Bure, après des dégradations dans le village et à l'encontre des gendarmes à la suite de l'évacuation du bois. Non assistée d'un avocat, elle a refusé de s'exprimer sur les faits.

Une seconde femme, refusant de se lever, de décliner son identité et de s'exprimer, a été condamnée à trois mois de prison ferme et incarcérée, conformément aux réquisitions du procureur. Elle faisait partie d'un groupe qui avait jeté des pierres sur le véhicule d'un pépiniériste et de deux employés, mandatés par l'Andra la semaine dernière, près du bois Lejuc. Six autres personnes seront jugées pour ces faits ultérieurement. Les trois opposants étaient également poursuivis pour avoir refusé de se soumettre au prélèvement de signalétique. Trois autres personnes, interpellées lors de la perquisition de la Maison de résistance, seront jugées le 12 juin pour outrages et/ou rébellion sur agent dépositaire de l'autorité publique.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • UnCroyable le 20.03.2018 09:48 Report dénoncer ce commentaire

    Des opposants incarcérés? Sommes nous en Russie maintenant?

  • Léon le 21.03.2018 09:14 Report dénoncer ce commentaire

    Pas assez ferme.

  • Ludo Valentin le 20.03.2018 13:53 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pas parce qu'on n'est pas d'accord ave un projet qu'on a le droit de se comporter comme un délinquant.

Les derniers commentaires

  • Léon le 21.03.2018 09:14 Report dénoncer ce commentaire

    Pas assez ferme.

  • pep le 20.03.2018 21:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est le seul moyen de se faire entendre car l’Etat a pris l’habitude des procédures administratives qui finissent toujours par valider de tel projet sans entendre les contre parties

  • Ludo Valentin le 20.03.2018 13:53 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pas parce qu'on n'est pas d'accord ave un projet qu'on a le droit de se comporter comme un délinquant.

  • jeannettesuilvet le 20.03.2018 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    normal, ils pensent que brûler un policier ce n'est pas grave ! je trouve la peine peu sévère, 2 ans en prison leur ferait du bien

    • poutine le 20.03.2018 14:54 Report dénoncer ce commentaire

      dans les mines en sibérie

  • UnCroyable le 20.03.2018 09:48 Report dénoncer ce commentaire

    Des opposants incarcérés? Sommes nous en Russie maintenant?

    • Binouzeur le 20.03.2018 12:14 Report dénoncer ce commentaire

      Ceci est vraiment un triste commentaire, lisez l'article avant de faire de tels commentaires ! Ces personnes ne sont pas de simples opposants, on a le droit de ne pas être d'accord avec un projet. Ce sont des réfractaires et contestataires systématiques au système. Il sont dangereux !

    • Mc Kron le 20.03.2018 12:59 Report dénoncer ce commentaire

      L'article peut dire tout ce qu'il veut, c'est la version officielle ds autorités. Quand on voit les policiers attifés en robocop on n'a pas vraiment besoin de mots pour comprendre d'où vient la violence. On critique la Russie à tour de bras mais l'Europe ne vaut pas mieux.

    • UnCroyable le 20.03.2018 13:14 Report dénoncer ce commentaire

      @Binouzeur: Où est la différence avec ceux de la Russie?

    • Une femme le 20.03.2018 14:00 Report dénoncer ce commentaire

      @Binouzeur : Ce qui est Dangereux c'est de vouloir enfuir des déchets nucléaires sous nos pieds...