France/Grand Est

06 avril 2021 12:18; Act: 06.04.2021 12:29 Print

En Alsace, des «bougies» protègent les vergers du gel

WESTHOFFEN - Dans leur verger, Daniel et Nathalie Dettling ont allumé des centaines de bougies pour contrer les effets potentiellement catastrophiques du gel.

storybild

Le retour du gel est un cauchemar pour les producteurs de fruits. (photo: AFP/Frederick Florin)

Sur ce sujet
Une faute?

Entre les pêchers, des flammes orange dansent dans la nuit. Dans leur verger de Westhoffen (Bas-Rhin), Daniel et Nathalie Dettling ont allumé des centaines de bougies pour contrer les effets potentiellement catastrophiques du gel qui fait un retour brutal cette semaine.

L'image est belle, avec un je-ne-sais-quoi de magnétique. Mais pour ce couple de producteurs de fruits, elle signifie bien autre chose: après plusieurs jours de beau temps et des températures parfois largement au-dessus des normales saisonnières, le froid est bien là et menace leurs arbres en fleurs.

Le mercure doit chuter en dessous de zéro mardi et dans les prochains jours, avec des gelées généralisées et des températures négatives du Nord-Ouest au Nord-Est, a annoncé Météo France. Des écarts de températures qui sont «de pire en pire» et constituent un vrai danger pour une «nature boostée» par une météo clémente, puis subitement cueillie à froid par le gel, explique Daniel, 47 ans, le regard fixé sur les six longues rangées de pêchers, illuminées par la lueur orangée des «bougies».

«Ça permet de faire monter la température de 2 ou 3°C»

En prévision des températures négatives prévues dans la nuit de lundi à mardi, le couple et plusieurs autres producteurs voisins avaient ainsi disposé lundi entre leurs arbres ces petits braséros remplis de paraffine, dont l'odeur plane tout autour des vergers. À 4h00 du matin, l'herbe entre les rangées est effectivement blanche de gel, mais la chaleur des «bougies» l'a déjà fait fondre au pied des arbres.

Cette méthode, qui n'est pas soumise à autorisation, est fréquemment utilisée par les viticulteurs ou les arboriculteurs quand les températures plongent en dessous de zéro. «Ça permet de faire monter la température de 2 ou 3°C» pendant plusieurs heures, «ça marche pour les "gelées blanches" comme celle de cette nuit. Mais pour les "gelées noires"», encore plus froides, «là on ne peut rien faire», explique le producteur.

Les Dettling, qui possèdent une cinquantaine de parcelles d'arbres fruitiers (pommes, prunes, raisins, abricots, poires, pêches, rhubarbes, cerises...) réparties sur 15 hectares, en ont privilégié trois, «celles en fleurs, les plus fragiles» et les plus «précieuses»: les pêches, les cerises et les prunes, explique Nathalie, 44 ans. «Mais on n'a pas eu le temps de faire les poires, on les fera plus tard», glisse Daniel.

«On est partis pour trois nuits»

C'est une station météorologique privée qui leur a envoyé par SMS dans la nuit de lundi à mardi la première alerte: -2,09°C à 1h45. Nouvelle alerte à 2h25, avec cette fois -3,09°C. «Là, on s'est affolé», confie Nathalie. Le couple, qui pensait pouvoir économiser au moins une nuit de «bougies», doit alors se résoudre à l'évidence: munis d'allumeurs à gaz, il leur faudra une heure et demie à deux pour toutes les enflammer.

Et ils s'attendent à devoir recommencer les nuits prochaines: «On est partis pour trois nuits. Et plus on avance dans la saison, plus le danger est grand (...) Ça peut revenir jusqu'à la Sainte-Sophie, le 25 mai, on n'est pas couverts!», s'inquiète Daniel.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • chris le 07.04.2021 09:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ne soyez pas chauvin il n y a pas que Cactus au luxembourg.Surtout pour les fruits et légumes

  • NialaV le 07.04.2021 15:23 Report dénoncer ce commentaire

    Sauvez mon Pinot Noir d’Ammerschwihr

  • JackTpt le 07.04.2021 15:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toi t'as pas de SUV ni de carte de crédit. Je veux bien t'acheter un panier de fruits chez Cactus...

Les derniers commentaires

  • veritis le 07.04.2021 16:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une très très vieille tradition

  • JackTpt le 07.04.2021 15:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toi t'as pas de SUV ni de carte de crédit. Je veux bien t'acheter un panier de fruits chez Cactus...

  • NialaV le 07.04.2021 15:23 Report dénoncer ce commentaire

    Sauvez mon Pinot Noir d’Ammerschwihr

  • elle le 07.04.2021 12:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Jamais content les gens!! Ils font rien de mal ils veulent juste sauver leur production ils n’embêtent personne . Comprend pas moi

  • pas d'accord le 07.04.2021 10:31 Report dénoncer ce commentaire

    Pas très écologique, il devaient planter seulement ce qui pousse en respectant le climat, quand je vois pousser des vignes dans le nord de la Belgique et ces "vignerons" qui se plaignent après à cause du gel, ils exigent même des aides!! A nous de payer alors?