À Reims

07 avril 2021 15:00; Act: 07.04.2021 15:21 Print

Enquête ouverte après deux messes sans masques

REIMS - Le parquet de Reims a ouvert mercredi, une enquête pénale pour «non-respect des gestes barrières en période de pandémie», après deux messes de Pâques.

storybild

Le maire a découvert sur Facebook les images de deux messes célébrées en latin, les samedi 3 et dimanche 4 avril, dans une église sans gestes barrières. (photo: Pixabay/Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Le parquet de Reims a ouvert mercredi, une enquête pénale pour «non-respect des gestes barrières en période de pandémie», après deux messes traditionalistes de Pâques organisées par l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre et regroupant près de 200 fidèles dans l'église Sainte Jeanne d'Arc de Reims.

Le procureur Matthieu Bourrette a expliqué à l'AFP s'appuyer sur les «directives générales de politique pénale adressées par le garde des Sceaux, le 3 avril dernier», pour ouvrir cette enquête, «notamment pour non-respect du port du masque».

Masques et gel diffusés

L'enquête a été confiée au commissariat de Reims. La décision du parquet fait suite à la publication d'un article du journal l'Union relayant la colère d'un maire ardennais. L'élu avait découvert sur Facebook les images de deux messes célébrées en latin, les samedi 3 et dimanche 4 avril, dans une église de Reims, sans masques, sans gestes barrières ni distanciation sociale.

«Ce n'est pas vrai», a contesté le chanoine rémois de l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre (ICRSP), sollicité par l'AFP. Si Jean Maïdanatz admet «enlever son masque lorsqu'il parle», il affirme cependant que «la majorité des fidèles, 90 le samedi et une centaine le dimanche, ont respecté les gestes barrières et les distances». «Des masques et du gel hydroalcoolique sont diffusés. Mais je n'ai pas les moyens d'astreindre les fidèles aux masques», a-t-il souligné.

Sollicité par l'AFP, l'archevêque de Reims, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, n'a pas souhaité réagir à l'ouverture de cette enquête pénale. «Il laisse la justice faire son travail», a expliqué Sixtine Rousselot, chargée de communication à l'archevêché.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • NoComent le 07.04.2021 18:03 Report dénoncer ce commentaire

    OK il va y avoir une enquête, et après ? Tous ceux qui ont assisté à ces messes ne seront pas sanctionnés, par contre vous faites 12kms au lieu des 10kms imposés et vous paierez 135€ ! Pareil pour les fêtes sauvages, donc en gros ça coûte moins cher d'aller faire la fête à 500 que d'aller faire ses courses tout seul

  • luxemburg le 07.04.2021 15:38 Report dénoncer ce commentaire

    Le pretre doit ordonner le port d'un masque et menacer de virer hors du temple si les fideles ne font pas attention. Ca doit etre dit au debut de la Messe, et meme au milieu, si necessaire.

  • manga le 07.04.2021 17:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bien sûr payer pour les incapables et faire encore un don peut etre

Les derniers commentaires

  • inem le 09.04.2021 07:55 Report dénoncer ce commentaire

    Pour une fois dites nous donc la vérité et allez voir dans d'autres religions et faites nous le savoir. Ce sera une justice équitable et non ciblée, comme toujours

  • L'ANKOU le 08.04.2021 12:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À leur place je ne provoquerais pas le Grand Patron... Ça va encore ajouter quelques "last minutes" supplémentaires dans mon planning (humour Ankou). Je le sens bien comme ça.

  • Dura lex, sed lex le 08.04.2021 10:12 Report dénoncer ce commentaire

    Il est vrai que mettre la justice sur ce genre d'affaire est beaucoup plus important que de s'attaquer à la délinquance. Je dis ça, je dis rien ...

  • John Smith le 07.04.2021 20:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est tellement ça.....

  • Xavier le 07.04.2021 20:10 Report dénoncer ce commentaire

    Incroyable que l'état veut contrôler les religions dans ses temples.

    • Gustave le 08.04.2021 11:21 Report dénoncer ce commentaire

      La réligion n'est pas un état dans l'état. Elle doit respecter les lois comme tout le monde, sans exception. Le prêtre ne peut pas dire ce qu'il veut, p.ex appeler à la révolte etc...