En Moselle

22 août 2019 12:54; Act: 22.08.2019 14:26 Print

Hayange concernée par le rachat de British Steel

HAYANGE - L'usine de Hayange est incluse dans les actifs de l'entreprise de sidérurgie British Steel qui sont en passe d'être rachetés par le fonds de pension de l'armée turque.

storybild

L'usine de Hayange fait partie des actifs de British Steel en passe d'être rachetés. (photo: AFP/Patrick Hertzog)

Sur ce sujet
Une faute?

British Steel France Rail, nom de l'usine de Hayange (Moselle), «est incluse dans les discussions avec le repreneur Ataer Holdings», bras financier du fonds de pension Oyak, a précisé à l'AFP l'administrateur, confirmant une information du quotidien Les Echos. C'est le cas également de l'usine d'acier long FN Steel aux Pays-Bas. En revanche, l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) ne fait pas partie des négociations et ne sera donc pas rachetée par le groupe turc, est-il précisé. Ascoval appartient à la holding Olympus du fonds Greybull, qui était la maison mère de British Steel mais n'a pas fait faillite.

«Depuis le départ, on était sûr qu'on était turc», a confié à l'AFP le délégué syndical CFDT de l'usine de Hayange, Djamal Hamdani, puisque Greybull avait un temps pour projet d'intégrer sous une seule bannière Ascoval et les actifs étrangers de British Steel à savoir Hayange et FN Steel, mais sans parvenir à ses fins. «On l'a appris par la presse (NDLR: le possible rachat par le fonds de pension turc) et la direction nous l'a plus ou moins confirmé. C'est une négociation exclusive mais c'est pas garanti que cela se fasse», explique-t-il.

Deux mois de négociations

De son côté, le ministère français de l'Economie, Bruno Le Maire, a affirmé être «en contact avec le fonds turc Oyak pour sonder leurs intentions concernant le site British Steel d'Hayange». Oyak a été choisi pour mener des négociations exclusives afin de racheter l'entreprise de sidérurgie britannique en faillite British Steel. Les discussions doivent durer deux mois et si tout se passe bien le rachat sera conclu avant la fin de l'année.

Cette annonce a représenté un soulagement pour les syndicats britanniques qui craignaient pour l'avenir des 4 000 salariés de British Steel, dont la grande majorité travaillent dans le complexe sidérurgique géant de Scunthorpe dans le nord-est de l'Angleterre. Le futur propriétaire turc juge toutefois la productivité du groupe trop faible et pourrait de ce fait supprimer plusieurs centaines d'emplois, révélait en début de semaine le Financial Times.

(mme/L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marc Leblanc le 22.08.2019 13:56 Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce un soulagement d´être racheté par un fond de pension turc ? Si cela tourne au vinaigre, les autorités qui ont validé ce rachat (gouvernement francais) seront tenus pour responsables...

  • patrick le 22.08.2019 19:14 Report dénoncer ce commentaire

    l unique usine de rail en france un fleuron de fiertés pour les 450 personnes qui y travail des rail de 108 m je les voie sur les trains il faut tenir cette usine en vie pour la france , la lorraine et la vallée de la fench .non a la mondialisation qui détruis tout a petit feu.

  • inem le 23.08.2019 06:26 Report dénoncer ce commentaire

    Voila la fin des haricots. Lorsque ce fond de pension ne fera plus de bénéf. , il va se débarrasser de l'usine. On a déjà connu ça..Voila un Unité qui n'aurait jamais du être séparée de Sollac... (je peux vous le démontrer )

Les derniers commentaires

  • inem le 23.08.2019 06:26 Report dénoncer ce commentaire

    Voila la fin des haricots. Lorsque ce fond de pension ne fera plus de bénéf. , il va se débarrasser de l'usine. On a déjà connu ça..Voila un Unité qui n'aurait jamais du être séparée de Sollac... (je peux vous le démontrer )

  • patrick le 22.08.2019 19:14 Report dénoncer ce commentaire

    l unique usine de rail en france un fleuron de fiertés pour les 450 personnes qui y travail des rail de 108 m je les voie sur les trains il faut tenir cette usine en vie pour la france , la lorraine et la vallée de la fench .non a la mondialisation qui détruis tout a petit feu.

  • Angloy le 22.08.2019 15:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien triste nouvelle....

  • Marc Leblanc le 22.08.2019 13:56 Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce un soulagement d´être racheté par un fond de pension turc ? Si cela tourne au vinaigre, les autorités qui ont validé ce rachat (gouvernement francais) seront tenus pour responsables...

  • Tata Oya le 22.08.2019 13:54 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis pour la fermeture d'Hayange !

    • Joyce le 22.08.2019 16:39 Report dénoncer ce commentaire

      @Tata Oya, vous pensez aux personnes qui y travaillent et qui à tout prix doivent se débrouiller pour survenir aux besoins de leur famille et assurer la sécurité des enfants?!?!

    • doudou57 le 22.08.2019 19:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @tata oya je ne comprend pas quand les usine ferme vous raler parce que cest transférer dans d'autres pays donc perte d'emplois Et quand d'autres usine ouvre ou se font racheter pour maintenir la pérennité des emplois en lorraine vous souhaiter la fermeture. Vous n'êtes pas logique